Les forfaits téléphoniques seront-ils bientôt limités pour préserver l’environnement ?

Par l'équipe Oneheart, le 24 juillet 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Dans un rapport publié le 9 juillet dernier, le Conseil National du numérique (CNNum) suggère de privilégier des forfaits internet limités afin de lutter contre la pollution numérique et ainsi préserver la planète. Une recommandation vivement critiquée par plusieurs opposants. 


Le numérique, responsable de 3% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde


La pollution numérique est colossale et souvent insoupçonnée car elle est invisible. Dans leur feuille de route sur l’environnement et le numérique, le CNNum a énoncé une cinquantaine de mesures destinées à préserver la planète et ainsi réduire la surconsommation énergétique. Parmi elles, une a particulièrement retenu l’attention, celle qui veut encourager les forfaits à consommation limitée, y compris sur le fixe. « Cette mesure fait référence à la possibilité de faire du limité sur les forfaits fixes (téléphone fixe et accès à Internet à la maison). Car il existe déjà des forfaits mobiles limités. Le but étant avant tout de lutter contre les utilisateurs à fort trafic » explique le CNNum. 


L’objectif de cette recommandation est de réduire l’impact du numérique sur l’environnement. Selon l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep), les forfaits seraient responsables de 3 à 4 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, soit une empreinte équivalente au transport aérien.

 

Infographie sur la pollution numérique. ©lesecolohumanistes


Une recommandation vivement critiquée 


Bien que cette mesure visait à éviter « une subvention indirecte des utilisateurs à fort trafic par l’ensemble des usagers », la nouvelle a suscité de vives réactions notamment sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, Sébastien Soriano, Président de l’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep) s’est fermement opposé à cette idée de forfaits limités pour les téléphones.

 

 

De plus, le contexte actuel de crise sanitaire n’agit pas en faveur de cette idée. « Là où le télétravail a démontré ses bienfaits pendant le confinement, on va le limiter par la hausse des forfaits », critique un internaute sur Twitter. Face à toutes ces réactions, le CCnum a dû préciser dans un communiqué  que « l'objectif n'était pas d'empêcher le développement […] du numérique ». « Il faut que le consommateur ait le choix en fonction de sa situation, de ses usages », détaille Annie Blondain, copilote de la feuille de route.


La mesure ne pourra pas entrer en application sans l’accord de l’Arcep, qui recommande plutôt de privilégier le wifi à la 4G, d’éviter les grosses pièces jointes dans les mails, ou encore de préférer l’achat d’appareils reconditionnés aux neufs. 

 

 

Par Chloé Sappia

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du web le plus bel endroit de la Terre

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close