Afrique : le Gabon dépénalise l’homosexualité

Par l'équipe Oneheart, le 25 juin 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Mardi 23 juin, les députés gabonais ont voté un projet de loi, soumis par le gouvernement, dépénalisant l'homosexualité. Cette décision annule ainsi l’amendement du Code pénal, voté en 2019, qui condamnait l’homosexualité comme une "atteinte aux moeurs".


« Quarante-huit députés ébranlent toute une Nation et ses us et coutumes »


Mardi soir, 48 députés ont voté pour la dépénalisation de l’homosexualité -24 contre et 25 se sont abstenus- selon une source de l’Assemblée nationale gabonaise. « Quarante-huit députés ébranlent toute une Nation et ses us et coutumes » a ainsi expliqué un député gabonais, présent au moment du vote. Le projet de loi était porté par Julien Nkoghe Bekale, le premier ministre gabonais, présent lui aussi lors des débats. Si l’homosexualité n’est plus condamnable, le mariage homosexuel reste quant à lui, interdit : « Gays et lesbiennes sont donc désormais libres de s'afficher sans en être inquiétés, quand bien-même le mariage homosexuel, quant à lui, n'est toujours pas autorisé », a informé le quotidien Gabon Review.  


Le Gabon, un des rares pays d’Afrique à revenir sur une loi punissant l’homosexualité


Au total, plus de la moitié des pays d’Afrique subsaharienne interdisent l’homosexualité (28 pays sur les 49) et la punissent parfois de la peine de mort. En votant cette loi, le Gabon rejoint ainsi le cercle restreint des pays autorisant les relations entre personnes de même sexe, aux côtés de la Côte d'Ivoire, du Mali, de la République démocratique du Congo ou du Lesotho. La pénalisation des rapports sexuels au sein du pays (alinéa 5 de l’article 402 du Code gabonais) avait été voté par le Sénat en 2019, en plein été, durant une suspension de l’activité de l’Assemblée nationale. Depuis cette date, les rapports entre personnes du même sexe portaient "atteinte aux mœurs" et étaient passibles de 6 mois de prison et d’une amende de 5 millions de francs CFA (soit l’équivalent de 7 600 euros).

 

Bien que l’Assemblée nationale gabonaise ait voté en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité, la loi doit encore être votée par les sénateurs en des termes identiques avant d'être promulguée. Si la proposition est approuvée par les sénateurs, le Gabon pourrait bien devenir un des rares pays d'Afrique à supprimer une loi qui interdisait les relations entre personnes du même sexe. 

 

 

Par Chloé Sappia

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à construire le meilleur des mondes (le vrai)

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close