Les "culottes suspendues", offrir un sous-vêtement à une personne dans le besoin

Publié le 31 mai 2022
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins
Connaissez-vous le principe du “café suspendu”, cette ingénieuse idée qui consiste à payer deux cafés mais à n’en consommer qu’un seul, laissant le second pour quelqu’un dans le besoin ? Dans la même veine, le site de prêt-à-porter écoresponsable WeDressFair a lancé les “culottes suspendues”.

Des culottes neuves et durables à destination des personnes démunies

Après les cafés, plats, baguettes, chaussettes, glaces, tickets de cinéma "suspendus"… voici les "culottes suspendues", une initiative lancée par le site dédié à la mode éthique WeDressFair. À l’achat (ou non) de n’importe quel article sur le site, les clients peuvent payer un sous-vêtement (une culotte, un slip, un boxer, un caleçon, une paire de chaussettes) en avance pour une personne en situation de précarité

Si la marque a arrêté son choix sur les sous-vêtements précisément, c’est parce qu’elle s’est rendu compte qu’il n’était pas évident pour les personnes en situation de précarité d’avoir accès à des sous-vêtements de bonne qualité et durables. En effet, comme l’explique Marie Nguyen, la fondatrice de la boutique en ligne, au micro de Ouest France, « pour une question d’hygiène et de dignité », les associations achètent des sous-vêtements, majoritairement auprès d’enseignes de la fast-fashion, à des prix dérisoires. Malheureusement, ces derniers ont une durée de vie de plus en plus courte. 

Près de 600 culottes déjà collectées au profit du Samusocial de Paris

Plusieurs marques éthiques telles que le Slip Français, Olly, Maline, Meila, Nénés Paris, Organic Basics et Réelle Paris, se sont ralliées à l’opération solidaire portée par We Dress Fair. Les sous-vêtements sont fabriqués à partir de coton bio, de matières durables, recyclées et pour une grande partie, en France.

Comment ça marche ? Une fois sur le site de WeDressFair, vous pouvez y effectuer un achat et rajouter dans votre panier une "culotte suspendue" ou alors n’effectuer aucun achat et payer uniquement la culotte suspendue. Vendues au prix unitaire de 3 euros, les culottes sont ensuite envoyées au Samusocial de Paris, à destination de personnes en situation de précarité. A ce jour, 564 culottes ont déjà été collectées.