Santé : 3 découvertes qui pourraient révolutionner la médecine

Publié le 13 janvier 2022
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins
En 2021, plusieurs études et découvertes sont venues soulever des interrogations dans le domaine médical. Un antibiotique capable d'éradiquer la maladie de Lyme, un vaccin préventif contre le virus du VIH ? Voici une petite rétrospective des temps forts de l'année passée.

Une phase de test d'un vaccin préventif contre le VIH

Afin de stopper la propagation du virus du Sida, l’ANRS, l'Inserm et l’Université Paris-Est Créteil ont lancé en France, une phase de test d’un vaccin préventif contre le VIH. Cette dernière annoncée en mars 2021, se déroulera en 3 phases sur 12 mois, auprès de 72 volontaires ne présentant aucun problème de santé âgés entre 18 et 65 ans. Des anticorps seront ainsi injectés dans les cellules du corps en charge des défenses immunitaires.

L'hygromycine A, un antibiotique capable de soigner la maladie de Lyme

Dans une étude publiée en octobre 2021 dans la revue Cell, des chercheurs américains ont dévoilé avoir peut-être trouvé un moyen puissant d'éradiquer la maladie de Lyme. Cette dernière, qui se transmet par la tique, peut se transformer en pathologies graves et invalidantes si elle n'est pas traitée à temps. Dans leur étude, les chercheurs mettent en avant un antibiotique appelé l'hygromycine A qui existerait depuis les années 1950 mais qui aurait été longtemps oublié. Selon eux, l'hygromycine A serait très efficace contre la bactérie de Lyme et pourrait soigner la maladie.

Une étude bouleversant plusieurs théories sur la maladie d'Alzheimer

Plusieurs études avient déjà démontré que les protéines tau et la bêta-amyloïde (responsables de l'apparition de la maladie d'Alzheimer) se développaient dans une seule partie du cerveau. Or, selon de récents tests menés par des chercheurs au Royaume-Uni sur des cerveaux humains, il semblerait que les protéines atteignent d'autres régions du cerveau très tôt dans le processus. Grâce aux résultats découverts, il serait ainsi possible de retarder l'apparition de la maladie dégénérative et d'anticiper des traitements adaptés contre la maladie Alzheimer.