Biographe hospitalier : une thérapie contre la maladie

Publié le 30 juin 2022 (modifié le 2 juillet 2022 à 11h02)
Par Anne-Sophie de Monès
Temps de lecture : 2 mins
On connaît bien le métier de biographe mais beaucoup moins celui de biographe hospitalier. Cet.te écrivain.e intervient à l’hôpital dans des services d’oncologie ou de soins palliatifs auprès de patients, enfants ou adultes, gravement malades,parfois en fin de vie, pour recueillir le récit de leur vie. Céline Donnet de l’association Traces de vies à Dole nous parle de ce formidable métier.

Un accompagnement par l’écriture 

Sous forme de livres, de lettres ou de contes le biographe hospitalier restitue les histoires de vies ou celles imaginaires (pour les enfants) de patients malades dans le but de transmettre leur parole à leurs proches. Responsable des partenariats et de la communication de Traces de Vies, Céline Donnet nous indique que les enfants représentent la moitié des personnes accompagnées par l’association. "Ce sont des enfants qui ont des maladies chroniques, inflammatoires par exemple, ou un cancer" précise-t-elle. Ils sont orientés vers un récit imaginaire qu’ils vont illustrer s’ils le souhaitent par un dessin. Céline nous cite l’exemple de la petite Lina, atteinte d’une tumeur faciale qui a fait un conte avec beaucoup d’histoires qu’elle avait merveilleusement bien illustrées. Lina a surmonté ses douleurs et son handicap physique pour aller encore plus loin en faisant des lectures publiques de ses textes. Une grande fierté pour cette jeune fille et pour l’association. 

Autre belle illustration de Traces de Vies : celle d’une femme atteinte d’un cancer qui au delà de ses souvenirs, a souhaité consigner dans son livre ses recettes de famille qu’elle tenait de sa mère et de sa grand-mère. Un exemple très net de transmission.  

 

Une thérapie reconnue par les médecins

Ce sont les professionnels du soin qui recommandent les services du biographe quand ils identifient chez leur patient un besoin de transmettre. Céline nous avoue que l’association est aussi sollicitée par les familles qui veulent récupérer la mémoire familiale parce qu’elles ont un proche qui va partir : "mais nous devons privilégier les demandes venant du corps médical pour un accompagnement plus global". La liste d’attente dans les hôpitaux est déjà très longue car nombreux sont les médecins qui reconnaissent le rôle très bénéfique du biographe hospitalier. Son intervention s’inscrit dans les soins de support au même titre que la musicothérapie, l’art-thérapie, la sophrologie, la médiation animale et autres techniques qui permettent de soulager les symptômes de la maladie. Le narrateur est moins concentré sur sa maladie, il part loin en arrière dans ses souvenirs, en profite pour donner des conseils, ou si c’est un enfant, il fait travailler son imaginaire. Parler l’aide aussi à s’ouvrir, à être moins dans le repli. Les médecins constatent qu’en période d’accompagnement (qui dure de 2 à 3 mois), certains traitements peuvent même être suspendus.

C’est également une sorte de dernier défi pour les personnes en fin de vie. Céline nous décrit ce que peut ressentir le patient “même si je suis très malade, je suis encore capable de mener un projet à son terme et d’avoir le résultat de ce que je vais faire".  

"Traces de Vies" est avec "Passeur de mots, passeur d’histoires ", les deux grandes associations qui proposent ce soin complémentaire en France, regroupant une petite quarantaine de biographes hospitaliers. Un formidable métier qui n’impose pas d’avoir déjà écrit une biographie. Il nécessite une bonne base littéraire et une expérience dans le domaine de l’aide, que celle-ci soit personnelle ou professionnelle.