Des milliers de substances chimiques dangereuses seront interdites en Europe d’ici 2030

Publié le 29 avril 2022
Par Julie MARIE
Temps de lecture : 2 mins
De nombreuses substances chimiques dangereuses pour la santé et l’environnement sont aujourd’hui encore présentes dans les produits de notre quotidien. Le 25 avril 2022, la Commission européenne a publié sa “feuille de route” pour éliminer des milliers de ces produits chimiques des objets de grande consommation d’ici à 2030.

Un tournant historique dans l’industrie chimique

Le plan visant à interdire l’utilisation de milliers de produits toxiques lancé par la Commission européenne pourrait marquer un tournant dans l’histoire de l’industrie chimique. Perturbateurs endocriniens, métaux lourds, substances cancérogènes… Ces polluants sont partout dans notre quotidien, comme dans la composition de la majorité des vêtements, des meubles ou encore des appareils électroniques. Rares sont les objets qui ne présentent aucun risque pour la santé et l’environnement. Au total, pas moins de 12 000 substances toxiques devraient être interdites dans les prochaines années par la Commission européenne, dans le cadre de la stratégie “zéro pollution” du Pacte vert européen qui vise à « garantir un environnement sans substances toxiques » à l’horizon 2030. L’initiative a été grandement saluée par les ONG et chercheurs qui alertent depuis des années sur les dangers de cette pollution.

« La plus importante interdiction de produits chimiques toxiques à ce jour »

Selon les chiffres d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, ce sont chaque année 300 millions de tonnes de substances chimiques qui sont utilisées en Europe. 74 % de ces substances ont été jugées « dangereuses pour la santé ou l’environnement » par l’Agence européenne pour l’environnement. Jusqu’à maintenant, les restrictions européennes en place s’appliquent surtout aux jouets et aux cosmétiques. Sur les milliers de substances qui devraient être interdites d’ici à 2030, la majorité constitue de potentiels perturbateurs endocriniens, potentiellement cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction. « C’est la plus importante interdiction de produits chimiques toxiques à ce jour », a applaudi le Bureau européen de l’environnement.