Vincent et moi : comment un père aide son fils trisomique à décrocher la lune !

Par l'équipe Oneheart, le 20 mars 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

A l’occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, nous avons rencontré Édouard Cuel et Gaël Breton, réalisateurs du film documentaire “Vincent et moi”, qui met en avant le quotidien de Vincent, 21 ans, atteint de trisomie 21, qui a des rêves plein la tête.

La génèse de “Vincent et moi”

Un jour, Vincent dit à son père : “J’ai envie de partager ma vie avec mes amis”. Chose dite, chose faite : Édouard contacte Gaël pour réaliser un film documentaire centré sur le quotidien de son fils. Pendant près de trois ans, les deux amis s’immergeront dans la vie de Vincent afin de mieux comprendre ses attentes, ses besoins, ses aspirations. “Vincent et moi”, c’est l’histoire de Vincent, jeune homme ambitieux qui souhaite réussir dans la vie, être autonome, bref, vivre comme les autres. Pour cela, il est fortement encouragé et aidé par son père Edouard. “Le parcours de Vincent m’a fait comprendre que la clé de l’intégration, c’est le dépassement de soi.” confessera Gaël.


A travers ce film, Édouard et Gaël espèrent qu’il y ait une prise de conscience de la part des gens, que ces derniers arrêtent d’avoir peur des personnes en situation de handicap et qu’ils prennent conscience qu’elles sont un réelle richesse pour notre société en y contribuant à leur manière. Pour cela, Édouard souligne que cette intégration passe d’abord par l’écoute de l’autre; en effet, “pour les respecter, il faut les écouter, regarder, voir ce dont ils ont besoin”.

Où voir le film ?

Le film sort en salle le 21 mars. Vous pouvez le retrouver au cinéma Saint-André des Arts à Paris le mercredi 21/03 à 19h30 ; dimanche 25/03 à 11h30 et lundi 26/03 à 19h30.

Journée mondiale de la trisomie 21

Mise en place avec le soutien des Nations Unies, l'Association Française pour la Recherche sur la Trisomie 21 (AFRT), lance en 2005 la première journée mondiale de la trisomie 21 pour sensibiliser la population à cette maladie et ses traitements.

Aujourd'hui, de nombreuses associations agissent aux côtés des personnes atteintes de trisomie 21 et oeuvrent à l'amélioration de leur qualité de vie ainsi qu'à leur intégration dans la société. De plus, à l'occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, des événéments sont organisés partout en France, pour y participer il suffit de vous rendre sur le site journeemondialetrisomie21.org. Vous pourrez également découvrir les actions des associations partenaires notamment l'UNAPEI, l'Association de Recherche et d'Insertion Sociale des Trisomiques (ARIST), Trisomie 21 France, l'AFRT et l'association Grandir à l'École et en Société.

 

Ils ont visé les étoiles, ils ont décroché la lune

 

Aujourd’hui, les initiatives se multiplient et l’on s’en réjouit ! Souvenez-vous du restaurant Le Reflet à Nantes, qui a ouvert ses portes en 2016, soutenu par l’association Trinome 44 qui oeuvre pour l’intégration professionnelle et sociale des personnes atteintes de handicaps physiques et/ou mentaux dans des cadres professionnels adaptés.


L’an dernier, nous vous racontions les parcours inspirants de Madeline, Mélanie, Dimitri et Collette, tous les quatre atteints de trisomie 21. Ils se sont lancés dans la mode, dans la cuisine, dans la télé, dans la musique et ont tous réalisé leurs rêves. Il y a peu de temps encore, nous rencontrions Maryam, peintre trisomique originaire d'Azerbaïdjan. Ils ont eu la force d’aller à rebours des préjugés et de traverser les obstacles sans baisser les bras.

 

Vincent & Moi

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En regardant cette vidéo, je contribue à repousser les limites du corps et de l’esprit

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close