Victoire pour les oiseaux : la chasse à la glu interdite par Emmanuel Macron

Par l'équipe Oneheart, le 04 septembre 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Après une longue bataille entre des associations de défense des animaux et l’Etat, le président de la République a annoncé jeudi dernier que la chasse à la glu serait interdite cette année pour les grives et les merles.


Une méthode de chasse controversée : entre barbarie et tradition


Depuis plusieurs années, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) se bat pour mettre fin à cette méthode de chasse qu’elle juge “cruelle”, qui consiste à recouvrir de colle des tiges de bois ou des branches afin que les oiseaux qui s’y posent, ne puissent plus s’envoler. Les chasseurs qui utilisent cette méthode veulent capturer en particulier des grives et des merles dans le but de les utiliser comme “appelants”, c’est-à-dire des appâts placés en cages qui attirent leurs congénères par leurs chants. 


Depuis 1989, seuls certains animaux peuvent être chassés grâce à cette méthode : les grives draines, les litornes, les mauvis et musiciennes et les merles noirs. Les défenseurs de la chasse à la glu assurent qu’elle ne présente aucun risque pour la biodiversité puisque les oiseaux non chassables qui pourraient être capturés par mégarde avec cette technique doivent être nettoyés et relâchés dans la nature.


Pourtant, la LPO a démontré en novembre dernier que de nombreux oiseaux souffraient de cette pratique barbare. Après avoir placé des caméras cachées près des pièges de chasseurs, ils ont mis en évidence “l’intolérable réalité” de la chasse à la glu : faucon mort de faim, mésanges au plumage arraché… Selon l’association, plus de 40 000 oiseaux sont touchés chaque année par cette méthode de chasse barbare.  

 

Une bataille entre les défenseurs des animaux et les chasseurs 


En novembre 2019, La Ligue pour la Protection des Oiseaux interpellait le gouvernement pour interdire la pratique de la chasse à la glu, mais le Conseil d’Etat a pris le parti des fédérations de chasseurs en considérant qu’elle faisait partie du patrimoine culturel. 

La LPO s’est alors tournée vers la Commission européenne en portant plainte contre la France, ce qui a conduit en juillet dernier la Cour de Justice de l’Union européenne à demander à l’hexagone de “réexaminer ses méthodes de chasse”.

En effet, la France est le seul pays de l’Union européenne qui pratiquait encore la chasse à la glu, dans 5 départements de la région PACA. Après avoir reçu le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC), Emmanuel Macron a donc confirmé, avec la Ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, son interdiction en 2020, soit juste avant sa reprise saisonnière prévue en octobre. 


Un combat qui continue 


Si cette décision représente une réelle victoire pour les défenseurs des animaux, il faut rappeler que le combat est loin d’être terminé. Suite à l’annonce du président de la République, Pamela Anderson a notamment adressé ce samedi une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour lui demander “d’interdire définitivement” la pratique, qui n’est pour l’instant que suspendue.

Le journaliste Hugo Clément a également souligné la triste ambivalence du gouvernement, qui après avoir pris une mesure pour la défense des animaux, vient d’autoriser la chasse d’une espèce menacée d’extinction : la tourterelle des bois. 

 

hugo-clement


Particulièrement engagé pour la défense des animaux, le journaliste a lancé le Référendum pour les animaux, une initiative citoyenne en 6 mesures, pour mettre fin à la souffrance des animaux. 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à protéger les vivants à plumes, à poils ou à écailles

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close