Les oiseaux encore menacés par la chasse

Par l'équipe Oneheart, le 18 septembre 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

La tourterelle des bois, le courlis cendré ou encore le gros bec sont des espèces protégées. Pourtant, le ministère de la Transition écologique et solidaire a fixé de nouveaux quotas de chasse pour la saison 2019-2020.


Le quota de prélèvement des tourterelles des bois s’élève à 30 000 cette année, alors que sa population, en Europe de l’ouest, a diminué de 78% en à peine 35 ans. Quant au courlis cendré, le ministère autorise 6000 abattages, tandis que la population européenne de ces oiseaux n’excède pas 500 000


Ces quotas sont en opposition avec les directives émises par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) qui visent à limiter la disparition des animaux sauvages.


“Des pratiques moyenâgeuses et cruelles”


Le gouvernement a également autorisé les chasseurs de la région PACA à poursuivre la capture à la glu de certaines espèces comme les grives et les merles noirs.

merle-noir
Merle noir


Cette technique consiste à poser sur les branches des arbres des baguettes recouvertes de glu. Un procédé que dénoncent les associations de défense des animaux.  
En effet, les oiseaux qui se retrouvent coincés finissent souvent par avoir de graves blessures à force de vouloir se dégager ou meurent d'épuisement, sans oublier que les chasseurs utilisent de puissants solvants pour les retirer de leurs pièges. 


Dans un communiqué, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) dénonce ces agissements et la position du gouvernement  : “À l’heure où la biodiversité s’effondre dans nos campagnes, ces décisions sont particulièrement consternantes et confirment à nouveau l’influence des chasseurs sur la politique gouvernementale”.

Pour aider à interrompre cette pratique, rendez-vous ici pour signer la pétition.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à protéger les vivants à plumes, à poils ou à écailles

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close