Une machine rend l’eau potable accessible à un faible coût

Par l'équipe Oneheart, le 21 mars 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Grâce à son système de traitement et de production d’eau potable à un prix très compétitif, l’entreprise lyonnaise s’exporte de plus en plus à l’étranger. Le Laos ou encore la République Démocratique du Congo ont déjà été séduits par le projet.

« Etancher la soif dans le monde », un projet bien ambitieux en ce vendredi 22 mars, Journée mondiale de l’eau. Pourtant la start-up lyonnaise Inovaya s’est fixée cet objectif à sa création en 2018. Lancée par Khaled Al Mezayen, l’entreprise a pour premier but la production d’eau potable dans les zones touchées par des conflits ou difficiles d’accès. Une tâche qui semble immense au vu du nombre de personnes qui n’ont pas un accès sécurisé à une eau potable dans le monde. En 2017, près de 1,2 milliards de personnes étaient concernées selon l’ONU.

inovaya-eau-potable

Caisson de traitement de l'eau de l'entreprise Inovaya

crédit photo : Inovaya

 

Les missions d'Inovaya dans le monde

Sur place, Inovaya travaille principalement avec les ONG et les acteurs locaux. En République Démocratique du Congo, l’entreprise lyonnaise opère aux côtés de l'ONG Mama Uzima pour lutter contre l’épidémie de choléra qui touche une région du sud-est du pays. Afin d’approvisionner la zone en eau potable, Inovaya déploie son caisson de traitement qui va effectuer une première désinfection afin de se débarrasser des impuretés et bactéries en suspension. Par la suite, sont éliminés, sans produits chimiques, les polluants comme l’arsenic, les métaux lourds ou encore les nitrates. Le système est conçu de telle manière à ce qu’il y ait le moins de maintenance possible. A l’heure actuelle, le caisson peut fournir 20 litres d’eau par jour à 1000 personnes pour un coût de 30 000 euros sur dix ans.

 

Crédit photo : AFP

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close