Un train imaginaire pour apaiser les personnes atteintes d’Alzheimer

Par l'équipe Oneheart, le 08 août 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Afin d'apaiser les angoisses de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et réduire la prise de médicaments, des médecins préconisent une « thérapie de voyage ».

 

Une « thérapie de voyage » pour les personnes atteintes d’Alzheimer


Sujettes aux déambulations, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ressentent souvent le besoin de marcher sans but précis. Cela peut s’expliquer par des angoisses, de l’anxiété mais aussi par une utilisation prolongée de médicaments. Ainsi, elles peuvent marcher jusqu’à 10km par jour jusqu’à épuisement. Afin d’apaiser leurs angoisses, certaines maisons de retraite en France se sont inspirées de la thérapie mise au point par Ivo Cilesi, Docteur en psychologie cognitive et responsable des thérapies non médicamenteuses dans une maison de retraite à Bergame, en Lombardie. 


La « thérapie de voyage » imaginée par Ivo Cilesi, consiste comme son nom l’indique, à mimer un voyage en train. Bien évidemment, il s’agit là d’un voyage imaginaire qui permet au patient, de s’évader le temps de quelques minutes. Comme l’explique le Professeur Frédéric Bloch, Chef du service de gériatrie du CHU d’Amiens en Picardie au micro de France 3 : « Cette thérapie s’adresse aux patients qui présentent des troubles neurocognitifs dans le cas des maladies d’Alzheimer ou d’autres maladies apparentées et qui ont des troubles psycho-comportementaux comme de l’anxiété, d’une opposition ou d’un refus de soin ». Cette thérapie contribue ainsi à augmenter les capacités cognitives et stimuler l'activité cérébrale du patient.

 

 

Des wagons reconstitués pour donner l’illusion de voyage


Mais alors, comment se présente ce voyage en train ? Accompagné par un professionnel soignant de l’établissement et muni d’un billet de train fictif, le patient embarque pour une destination à bord d’un train aménagé qui laisse penser qu’il s’agit d’une vraie gare, d’un vrai train. Des panneaux d’affichage, une horloge, des bagages… bref, tout est fait pour donner l’illusion du voyage. Une fois installé dans les fauteuils du train, le passager voit défiler sur un écran des images lui rappelant la mer, la montagne, la campagne : un véritable moment d’évasion

 

train imaginaire

Crédit photo : Radio France, Rafaela Biry-Vicente


Comme l’explique le personnel soignant, les voyages en train ont pour objectif de « créer un pont émotionnel avec la mémoire ». Les patients peuvent ainsi se créer des souvenirs, se replonger dans leur mémoire. Des activités sont également proposées à bord du train pour réactiver certains plaisirs.


Pour l’instant, ce dispositif médical n’a été testé que dans quelques EHPAD en France mais devrait être proposé dans plusieurs autres établissements, au vu des résultats probants. En effet, on note une baisse de 40% des traitements médicamenteux administrés contre l’angoisse et une diminution de 30% en moyenne des déambulations.

 

« Je ne dis jamais : « Allons prendre le train » »

Questionnée sur l'aspect éthique de cette pratique thérapeutique, la psychologue Audrey Vasse explique avoir été mal à l'aise à l'idée de « mentir » aux patients convaincus qu'ils s'apprêtent à prendre le train. « J'ai trouvé une alternative », détaille-t-elle au magazine Ca m'intéresse : « Je ne dis jamais « Allons prendre le train », je propose au résident de partir, ce qui est davantage la vérité puisque nous changeons de pièce ». Pour rappel, cette thérapie a réellement pour vocation d'apaiser le patient et favoriser la communication.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close