La révolution soudanaise via le prisme du street art

Par l'équipe Oneheart, le 10 juillet 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

A Londres, la révolution soudanaise s’expose grâce aux œuvres du street art en grande partie effacées après la dispersion du sit-in de Khartoum dans le sang le 3 juin dernier.

Comment expliquer une révolution autrement que par les enjeux politiques qu’elle soulève ? L’art est une réponse, un langage universel auquel la majorité peut s'identifier. Les œuvres exposées expliquent, retracent les manifestations antigouvernementales qui ont mené à la destitution de dictateur Omar Al-Bachir par l’armée. Une page d’histoire soudanaise dont il ne reste que cette forme d’art révolutionnaire.

 

Des artistes portés disparus

L’exposition présente de nombreuses photos d’œuvres réalisées sur les murs comme sur le sol. Entre les productions très esthétiques et les slogans, la richesse des styles a fait de ce sit-in un endroit de revendication mais aussi d’expression artistique.

 

révolution-street-art

 

Parmi les artistes représentés, beaucoup ont été portés disparus après la dispersion du sit-in. "On connaît le nom de certains artistes, et parmi ceux-là, certains ont disparu. Après la fin du sit-in, ils n’ont jamais été retrouvés. On ne sait pas s’ils sont vivants ou morts", souligne à l’AFP, Marwa Gibril membre de la branche britannique du Syndicat de médecins soudanais, SDU UK et organisatrice de l’exposition. Les femmes ont également joué un rôle important dans cette révolution, en témoigne la représentation en noire d’une femme qui dit ces quelques mots en arabe : "La voix d’une femme est une révolution".

 

soudan-street-art

 

La répression de l’armée au début du mois de juin a fait plus de 136 morts dans tout le pays. Depuis, un accord a été conclu le 5 juillet entre le pouvoir et la contestation en faveur d’une instance de transition. Cette exposition n’est pas seulement présente pour assouvir une forme de curiosité, elle nous amène, de par son caractère éphémère, à afficher notre soutien pour que cette période de lutte ne tombe pas dans l’oubli.

 

 

 

Crédit photo : TOLGA AKMEN / AFP

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à propager savoir, art et beauté

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close