Johnny Clegg, icône sud-africaine de lutte contre l’apartheid, s'est éteint

Par l'équipe Oneheart, le 17 juillet 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le musicien sud-africain Johnny Clegg, connu pour ses chansons soutenant la solidarité à une époque où l’apartheid battait son plein en Afrique du Sud, s’est éteint à l’âge de 66 ans ce mardi 16 juillet.


Johnny Clegg, un artiste engagé contre le racisme


Entre 1948 et 1991, l’Afrique du Sud est plongée dans l’apartheid, un régime raciste et répressif instauré par les Afrikaners, le Parti National. A travers ses chansons, le chanteur et danseur Johnny Clegg tente d’effacer ces barrières instaurées par le régime mis en place. 

Surnommé « Zoulou blanc », Johnny Clegg écrira des chansons aux rythmes endiablés et porteuses de sens. Une de ses chansons les plus connues, voire la plus connue, « Asimbonanga » sortie en 1987, rend hommage à Nelson Mandela, figure emblématique de lutte contre l’apartheid. Longtemps censuré, ce véritable hymne à la tolérance deviendra le symbole de la Nation à la chute du régime de l’apartheid. L’on se souvient de cette scène où Nelson Mandela fait la surprise à Johnny Clegg en le rejoignant sur scène lors de son concert à Francfort en 1997. 

 

 

« Son passage marque la fin d’une époque »


« C’était un des premiers Blancs à vouloir jouer ce qui était considéré comme une musique “inférieure”, de la musique noire. Mais il a rendu les langues noires respectables. Tout comme les danses, et la culture ! » déclare Richard Nwamba, présentateur radio basé à Johannesburg.

Pour l’écrivain et professeur Achille Mbembe, le passage de Johnny Clegg « marque la fin d’une époque ». Le monde entier et précisément les Sud-Africains, se souviendront de cet artiste exceptionnel qui aura su briser les barrières culturelles et se battre pour une cohésion sociale. « Il nous a montré ce que cela signifiait d'embrasser d'autres cultures sans perdre son identité (...). Avec son style unique de musique, il a surmonté les barrières culturelles, comme peu l'ont fait », souligne Rody Quin, le manager du chanteur dans un communiqué.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à construire le meilleur des mondes (le vrai)

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close