Ils font pousser des légumes dans des parkings abandonnés

Par l'équipe Oneheart, le 08 janvier 2021
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Alors qu’une volonté de consommer mieux et local se fait de plus en plus ressentir chez les Français.e.s, Jean-Noël Gertz et Théo Champagnat, ont réussi le pari de faire pousser des légumes bio dans des parkings abandonnés. Fondateurs de la startup Cycloponics, ils se sont lancés dans l’aventure des fermes urbaines en 2017. Jean-Noël Gertz nous explique ce concept novateur. 

Réhabiliter des parkings abandonnés grâce à l’agriculture

Tout est parti de l’envie de deux citadins de se lancer dans l’agriculture biologique, mais pas facile lorsque l'on habite en ville ! S’éloigner à la campagne coûte cher et force à un changement de vie radical. C’est en partant de ce constat, qu’est venue l’idée aux fondateurs de Cycloponics, de réutiliser des lieux abandonnés. Mais contrairement aux fermes urbaines qui se développent de plus en plus sur les toits, ils ont voulu innover et investir nos souterrains : parkings, bunkers, et caves, tout y passe. 

« La Caverne », est une ferme urbaine de 3500 m2 installée à Paris, porte de la Chapelle, depuis 2017. À l’origine, il s'agissait d’un parking abandonné et squatté par des consommateurs et dealers de drogues. Cet ancien parking est désormais une ferme où sont produits endives et champignons certifiés biologiques. La certification bio est essentielle car il s'agit en effet, des seuls légumes qui poussent naturellement sous terre et dans le noir. Les produire dans un parking souterrain n'est donc pas un problème. Cela n'est pas le cas pour tous les autres types de légumes, qui, au contraire, ne pourraient pas être cultivés dans le noir tout en étant certifiés bio. 

Aujourd'hui, cette ferme urbaine est plus que rentable car on peut y produire jusqu’à “700 kg d’endives et 200 kg de champignons par jour” nous explique Jean-Noël Gertz. Une aubaine pour les commerçants et habitants locaux, qui quotidiennement, peuvent acheter des produit frais et bio


Une agriculture biologique et solidaire qui a du sens 

La réaction des personnes au sujet cette nouvelle ferme urbaine ne s’est pas fait attendre. Grâce à la création de cette dernière, les fondateurs de Cycloponics permettent aux habitants d’avoir accès à “une agriculture bio, transparente et à des produits frais et de qualité” souligne Jean-Noël Gertz. Par ailleurs, la possibilité de visiter les installations permet de sensibiliser les consommateurs à l’importance du “consommer local” et à l’agriculture de manière générale. 


En effet, en 2021, les mots de Jean-Noël Gertz font écho aux besoins et volontés de nombreux Français.e.s : “Remplacer les voitures et les parkings [qui polluent] par de l’agriculture, ça a du sens, surtout pour la nouvelle génération”. Par ailleurs, cette ferme souterraine a également permis de revitaliser le quartier de La Chapelle à Paris, en créant de nouveaux emplois, et en donnant lieu probablement à de nouvelles vocations. Cette ferme et initiative solidaire a encore de beaux jours devant elle. 

© ICF La Sablière / Cycloponics

Propriétaires de « La Caverne » à Paris et d’une autre grande ferme souterraine de 3000 m2 à Bordeaux, le duo de Cycloponics ne compte pas s'arrêter là. En effet, une nouvelle ferme devrait ouvrir d’ici peu dans le 19ème arrondissement de Paris, et ils espèrent également pouvoir en créer à Lyon, Rouen et Lille dans les mois et années qui arrivent. 

Par Clémence Tingry

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à mettre du beurre bio dans les épinards

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close