En Inde, ces élèves paient leurs frais de scolarité avec des déchets plastiques

Par l'équipe Oneheart, le 24 juin 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

En Inde, certaines familles en situation de précarité éxtrême ne parviennent pas à assumer le coût des études et se voient contraintes d'envoyer leurs enfants travailler plutôt que d'apprendre à lire et à écrire.

Une école située à Dispur, au Nord de l'Inde, a trouvé le moyen de se rendre accessible au plus grand nombre, tout en contribuant à la protection de la planète.

 

Faciliter l'accès à la scolarité

Créée en 2016 par un couple soucieux d'améliorer l'accès à la scolarité, l'école Akshar a pour ambition d'inciter les familles indiennes du villages à privilégier l'éducation de leurs enfants. La pauvreté les oblige dans la plupart des cas à envoyer leurs enfants travailler comme ouvriers dans des carrières de pierres. Pour les convaincre, l'école a donc mis en place un système de tutorat rémunéré, où les élèves les plus avancés aident les plus jeunes contre un salaire. Cette initative permet d'une part aux jeunes Indiens de se rendre à l'école tout en aidant financièrement leurs familles et d'autre part, de réduire le travail infantile en Inde.

 

Pour surmonter l'effort financier lié aux frais de scolarité, cet établissement de Dispur propose aux écoliers de payer leur scolarité en rapportant au moins 25 déchets plastiques par semaine. Une fois récoltés, ces morceaux polluants sont transformés en éco-briques destinées à des projets de construction, notamment du mobilier. 

Akshar Foundation

Crédit photo : Akshar Foundation

 

Sensibiliser à la protection de l'environnement

La ville de Dispur compte 1 million d'habitants et produit 37 tonnes de déchets par jour. Cette région proche de l'Himalaya court un danger sanitaire lié aux fumées toxiques dégagées par le plastique que certains habitants brûlent l'hiver pour se réchauffer. En incitant les élèves à ramasser les déchets, l'école éloigne la menace et leur apprend à protéger l'environnement. L'école souhaite enseigner aux jeunes certains types de compétences comme l'installation de panneaux solaires, l'électricité et la menuiserie pour qu'ils soient en mesure de mieux protéger la planète.

 

L'établissement qui comptait 20 élèves à son ouverture, en rescense 110 aujourd'hui. A l'avenir, le couple souhaite déployer son concept à travers le pays et ainsi faire grandir une nouvelle génération, sensible à l'écologie et éduquée.

 

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à cultiver ce qu’il y a de meilleur en chacun de nous

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close