Bangladesh : le viol est désormais puni par la peine de mort

Par l'équipe Oneheart, le 13 octobre 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Lundi 12 octobre au Bangladesh, le cabinet de la Première ministre Sheikh Hasina, a voté un décret qui punit le viol par la peine de mort. Abdul Hamid, Président du Bangladesh, va dans la foulée promulguer le décret qui entre en vigueur ce mardi.

La peine de mort comme un élément dissuasif

Lors d’une conférence de presse, Anisul Huq, le ministre bangladais de la loi, de la justice et des affaires parlementaires, a expliqué qu’il espérait que ce décret ait un effet dissuasif qui entraînerait une baisse considérable des cas de viols. Très peu convaincus par cette annonce, les groupes de défense des droits de l’Homme au Bangladesh se sont aussi exprimés en révélant que “l'application de peines plus sévères pour les violeurs n’était pas suffisante”.

Meenakshi Ganguly, en charge des affaires d’Asie du Sud au sein de Human Rights Watch, a ajouté que l’introduction de la peine de mort ne résoudrait pas les problèmes d’accès à l’aide juridique, aux soins médicaux ou à une véritable aide psychologique et sociale pour les survivantes : « Outre le fait que la peine capitale est intrinsèquement cruelle et devrait être abolie, le Bangladesh doit faire face à un problème beaucoup plus fondamental : il a un système de justice pénale défectueux où les survivants sont incapables d’approcher la police avec confiance », a-t-elle annoncé. De nombreux acteurs politiques appellent le gouvernement bangladais à approfondir le traitement juridique du viol et ainsi rassurer les femmes en créant “des mécanismes de protection et d’élimination des obstacles institutionnels à la justice”. 

Au Bangladesh, pas moins de 975 cas de viols recensés

Le 6 octobre dernier, des centaines de manifestants ont protesté dans les rues de Dacca, la capitale du Bangladesh, suite à la diffusion d’une vidéo où l’on peut voir plusieurs hommes déshabiller et attaquer une femme issue d’une communauté défavorisée du district méridional de Noakhali. Visionnée des dizaines de milliers de fois, cette vidéo qui a été supprimée depuis, a provoqué l’indignation. La diffusion de cette séquence a attisé la colère des Bangladais qui, depuis quelques jours, s’indignent face à plusieurs actes impunis de viols collectifs sur des femmes différentes. 

Ain o Salish Kenya, une organisation locale de défense des droits de l'Homme au Bangladesh, a comptabilisé pas moins de 975 cas de viols entre janvier et septembre 2020. Cependant, de nombreux experts expliquent que ce chiffre est inexact puisque certains viols ne sont pas signalés. Selon des données rendues publiques, il y a eu 204 tentatives de viol, 43 femmes sont mortes après avoir été violées et 12 autres ont mis fin à leurs jours après l'agression subie.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close