Le site fait peau neuve ! On espère qu'il vous plaira !

Yémen : la moitié du pays menacé par la famine en 2021

Publié le 11 mars 2021 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par Alexia
Temps de lecture : 2 mins

D’après un récent rapport de l’Organisation des Nations Unies (ONU), le Yémen pourrait très bientôt basculer dans la famine. À la suite d'une conférence de donateurs le lundi 8 mars, l’ONU n’a pu lever que 1,7 milliard de dollars alors que 3,85 milliards étaient nécessaires afin de prévenir un désastre humanitaire.

Un pays en guerre, sensible aux conséquences de la crise du Covid

Le Yémen est en guerre depuis 2014, et d’après Achim Steiner, le chef du Programme des Nations unies pour le développement, « un point critique pourrait être atteint dans les prochaines semaines. C’est pourquoi nous sommes si inquiets (…) une famine majeure pourrait vraiment devenir une réalité en 2021 » a-t-il expliqué à nos confrères de l’AFP. 

À ce jour, plus de 20 millions de Yéménites dépendent de l’aide humanitaire, une aide réduite en 2020 suite à la pandémie de Covid-19. D’après les derniers chiffres de l’ONU, 50 000 personnes sont d’ores et déjà confrontées à la famine, et plus de la moitié du pays souffrira de la faim en 2021. Par ailleurs, le programme alimentaire mondial prévoit qu'environ 400 000 enfants de moins de cinq ans risquent de mourir de malnutrition en 2021 faute de traitement.


Action contre la Faim au secours des populations yéménites 

Face à l’urgence humanitaire, de nombreuses ONG se mobilisent afin de venir en aide aux populations yéménites dans le besoin. C'est le cas de l'association Action contre la Faim (ACF) qui est présente dans le pays depuis 2012. À travers des programmes d'assainissement des eaux, de santé et de sécurité alimentaire, ACF participe à l’amélioration des conditions de vie des Yéménites, à la fois dans l'urgence mais également sur la durée. Selon l'ONG, 80% de la population ont aujourd'hui besoin d'une aide humanitaire.

Duaa, coordinatrice de terrain pour ACF relate le quotidien de ces personnes pour nous rappeler que derrière ces chiffres alarmants se cache une réalité vécue par des millions de personnes, victimes de la pire crise humanitaire au monde. "Je suis fière de faire partie de mon équipe. Nous sommes sur le terrain 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et c’est notre entière responsabilité de rencontrer et de défendre les personnes qui ont besoin de notre aide."

À travers sa campagne, "L'urgence c'est tous les jours", Action contre la Faim nous rappelle que les crises humanitaires, trop souvent invisibles et méconnues, perdurent partout dans le monde et que le meilleur moyen de soutenir le combat et les actions des associations sur le terrain reste le don régulier, afin de leur permettre d'agir sur la durée de manière efficace.

 

Par Clémence Tingry