Un quart de la population mondiale menacée par une pénurie d’eau

Publié le 28 août 2019 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Le World Resources Institute a récemment publié un rapport alarmant sur les réserves mondiales de l’eau. 17 pays sont actuellement en situation de stress hydrique extrême. 

L’Inde, l’Iran, le Botswana, le Mexique ou encore le Brésil utilisent presque l’intégralité de leurs ressources en eau. La majorité des pays les plus touchés par ce phénomène sont des pays arides qui épuisent le peu de ressources dont ils disposent, et exploitent les nappes phréatiques à outrance, alors qu’ils devraient les laisser se régénérer.


Selon ce même rapport, les zones les plus en difficulté sont les métropoles au delà de 3 millions d’habitants, qui font face à des pénuries d’eau aiguës de plus en plus récurrentes. Des villes comme São Paulo au Brésil, Chennai en Inde ou Le Cap en Afrique du Sud vivent au dessus de leur moyens hydriques et sont très proches du “Jour Zéro”, le moment où les barrages sont vides.


Selon le New York Times, parmi les villes de plus de 3 millions d’habitants, 33 font déjà face au stress hydrique qui engendre une instabilité sociale et des répercussions sur la santé publique. Ces pénuries touchent environ 255 millions d’habitants dans le monde. Les prévisions annoncent que, d’ici 2030, 45 villes seront touchées par des pénuries aiguës d’eau, ce qui représente 470 millions de personnes.

carte-monde-pénurie-eauUne crise réversible


Les changements climatiques déclenchent des précipitations imprévisibles et rendent l’approvisionnement en eau beaucoup plus aléatoir. La température joue aussi un rôle primordial : lorsqu’elle augmente, l’eau en réserve s’évapore plus rapidement et la demande de la population s'accroît également.


La situation est délicate : une sécheresse qui dure trop longtemps peut avoir des répercussions catastrophiques sur une ville ou un pays. 

Il existe pourtant des moyens qui permettraient, selon le quotidien New Yorkais, de mieux gérer les ressources hydriques: réparer les systèmes de distribution d’eau afin d’éviter les pertes inutiles. Recycler les eaux usées. Récolter l’eau de pluie, voire restaurer les puits abandonnés. Il faut également envisager le passage d’une agriculture hydrovore comme celle du riz à des cultures moins gourmandes en eau comme le millet.