La Tanière, le zoo-refuge qui offre une seconde vie aux animaux rescapés

Publié le 2 mai 2022
Par Julie MARIE
Temps de lecture : 3 mins
Près de Chartres (Eure-et-Loir), le premier zoo-refuge de 20 hectares baptisé La Tanière, a ouvert ses portes au public en juin 2021. Y sont recueillis animaux sauvages ou domestiques qui partagent tous un point commun : un parcours de vie compliqué. Un couple s’est donné pour mission d’offrir une retraite dorée à tous ces animaux mêlés à du trafic, utilisés pour divertir lors de spectacles et issus de laboratoires où ils aident à faire progresser la recherche médicale. Avec pédagogie, ils sensibilisent petits et grands à la protection animale. Patrick Violas, fondateur de La Tanière, nous en dit plus sur ce sanctuaire hors du commun.
la-tanière-patrick-francine-violas

La Tanière, un projet unique en France

Patrick et Francine Violas, un couple d’entrepreneurs, ont toujours voulu concilier leur intérêt pour les causes de protection à l'enfance et de protection animale. C’est dans cette optique que les deux philantropes décident en 2009 de créer une ferme pédagogique baptisée La Renaissance où sont accueillis quelques centaines d’animaux tous issus de sauvetages, délaissés ou maltraités. Persuadés des bienfaits du contact entre les humains et les animaux, le couple ouvre les portes de sa ferme aux établissements scolaires ainsi qu’aux enfants en difficulté. De rencontre en rencontre, Patrick et Francine se rendent compte des réels besoins de la faune sauvage. Six ans plus tard, La Renaissance installée à Chartres devient La Tanière, le premier zoo-refuge qui accueille désormais également des animaux sauvages rescapés.

L’établissement au concept inédit s’est donné pour mission première de sauver et de protéger des animaux venus de tous les horizons. Sur place, 85 salariés et quelque 300 bénévoles sont là pour soigner les bêtes et les réhabituer à vivre dans un environnement qui leur est adapté afin qu'elles puissent ensuite être placées dans d’autres établissements ou mis à l'adoption. Depuis sa création, le refuge a accueilli près de 2 500 animaux : « Plus de la moitié des animaux que nous avons recueillis ont été replacés. Les voir reprendre du poil de la bête et réussir à leur trouver un endroit de vie qui leur est adapté après les avoir soignés, c’est vraiment magique », nous confie Patrick, la voix remplie d’émotion.

Des opérations de sauvetage de grande envergure

Le 19 janvier 2022, La Tanière est intervenue sur réquisition des autorités judiciaires en Gironde pour évacuer 46 animaux sauvages chez un particulier et les prendre en charge. Patrick nous raconte la célérité avec laquelle 28 personnes avaient réussi à se mobiliser le jour-même et comment elles étaient parvenues à faire monter des tigres, des perroquets, des lémuriens, des petits singes, des wallabies et des porcs-épics dans le camion pour les emmener à La Tanière. En mauvaise santé pour la plupart, les animaux sont désormais entre les mains du zoo-refuge. Ce sauvetage spectaculaire survient un mois après la plus grosse opération de ce type menée par La Tanière. En effet, en décembre dernier, 250 lapins de laboratoires ont été secourus mais en quelques semaines à peine, ils ont tous rejoint des familles aimantes où ils pourront finir sereinement leurs jours.

En images, 46 animaux sauvages secourus en Gironde par La Tanière. Crédits vidéo : La Tanière

Prendre soin des animaux et sensibiliser à la protection animale

La Tanière, c’est aussi un projet pédagogique. Patrick nous rappelle que les animaux qui y sont recueillis ont été déracinés de la nature par l’Homme. En ce sens, le but du zoo-refuge est de faire prendre conscience au grand public des conditions de vie des animaux mais aussi de rappeler la nécessité de préserver les espèces et leur environnement. Au cours de leur parcours au sein de La Tanière, les visiteurs découvrent sur de petits écriteaux, le passé souvent compliqué des animaux, un aménagement très cher au coeur de Patrick. « Le plus beau moment pour moi, c’est quand je vois les grands-parents en train de lire à leurs petits-enfants l’histoire des différents animaux » confie-t-il avant de s'écrier : « Ça c’est extraordinaire ! ». Lorsque l’on pénètre au sein du zoo-refuge, on ne vient donc pas simplement observer les primates, les fauves, les chameaux ou encore les ours. On vient faire la connaissance de Cannelle, Léo, Oliver, Fripouille ou Stella tout en apprenant à considérer chaque animal en tant qu’individu avec son identité et son vécu, “son histoire et sa singularité”.

Écriteau retraçant le parcours de Fripouille / Crédits : La Tanière

De cette manière, La Tanière fait découvrir à ses visiteurs l’ensemble de la faune et amène autant les petits que les grands, à se poser des questions sur la condition animale. Optimiste quant à l’avenir de son arche de Noë, Patrick espère grâce à celle-ci, transmettre son envie d’agir aux générations futures et faire évoluer les regards sur la cause animale. « Le refuge ne m’apporte que du bonheur. Je me couche le soir avec le sentiment du devoir accompli » conclut-il.