Des particules de plastique retrouvées dans les poumons de personnes vivantes

Publié le 8 avril 2022
Par Julie MARIE
Temps de lecture : 2 mins
Des microparticules de plastique ont été retrouvées pour la première fois dans les poumons de personnes analysées (onze sur treize) par une équipe de chercheurs britanniques. L’inquiétante découverte a été révélée par la revue Science of the Total Environment le 6 avril 2022.

La quasi totalité des poumons étudiés contaminés au plastique

Les microplastiques sont omniprésents autour du globe et ont désormais pollué l’ensemble de la planète, contaminant les océans, les rivières, l’air mais aussi de nombreux organismes vivants. Pour la première fois, une équipe de chercheurs découvre des particules plastiques dans les poumons de personnes vivantes. C’est ce que révèle une récente étude publiée dans la revue Science of the Total Environment spécialisée dans les sciences de l'environnement.

Pour arriver à ces inquiétants résultats, les scientifiques britanniques ont prélevé des échantillons de tissus pulmonaires sur des patients qui subissaient une intervention médicale. Sur treize prélèvements, onze contenaient des particules de plastique. Ils ont principalement retrouvé du polypropylène utilisé dans les emballages et les tuyaux en plastique et du PET utilisé dans les bouteilles en plastique. Les microplastiques d’une taille de 0,003 millimètres ne sont donc pas filtrés par les poumons. Une découverte inattendue pour les chercheurs étant donné que les voies pulmonaires sont très étroites.

L’impact du plastique sur la santé encore indéterminé

La présence des microplastiques dans le corps humain semble maintenant inévitable. Le mois dernier, ils ont été détectés pour la première fois dans le sang humain, comme le révélait une étude également publiée dans le Science of the Total Environment. Deux précédentes études avaient également montré leur présence dans les poumons mais cette fois de personnes décédées. Ces études confirment donc la possibilité pour un microplastique de pénétrer le corps humain par les voies respiratoires, phénomène aujourd’hui très peu étudié contrairement à l’ingestion de microplastiques par la bouche.

Il reste maintenant à déterminer l’impact des particules de plastique dans le corps humain, qu’il s’agisse du sang ou des poumons car leur effet sur la santé demeure pour l’instant méconnu. Des expériences doivent être mises en œuvre pour en mesurer les dangers. Pour les scientifiques britanniques, les données révélées par cette nouvelle étude devraient permettre des avancées majeures dans les différents domaines de la pollution de l’air, des microplastiques, et plus largement, de la santé humaine.