Paris : les poneys ont maintenant le droit à des RTT et congés maternité

Publié le 22 novembre 2021 (modifié le 26 novembre 2021 à 16h41)
Par Julie Marie
Temps de lecture : 2 mins
RTT, congés maternité et temps de transport limité, la Ville de Paris a décidé de parfaire le bien-être des poneys de la capitale en instaurant une charte "cheval-bien-être". Cette amélioration du droit de travail des équidés s’accompagne de la décision de Paris -liée aux centres équestres- de renouveler les conventions pour les balades à poney, au grand dam des associations de défense des animaux.

Une charte en faveur du bien-être animal

La mairie de Paris a choisi de renouveler la convention qui la lie à deux centres équestres (l’un à Rambouillet en Yvelines et l’autre à Ris-Orangis en Essonne), mais souhaite améliorer le bien-être des poneys auxquels on fait appel pour les promenades dans les parcs et les jardins. Le renouvellement de la convention s’accompagne donc de nouvelles règles pour mieux protéger les équidés. La ville a donc instauré une charte "cheval-bien-être".

Le nouveau texte instauré par la ville de Paris impose diverses mesures : un jour de repos obligatoire tous les trois jours de travail pour les équidés et « plusieurs temps de repos quotidiens pour chaque animal ». Leur activité sera désormais prohibée lors des épisodes de canicule et, autre mesure phare de la nouvelle réglementation : un congé maternité pour les femelles.

En outre, la charte prévoit selon BFMTV d'aménager d’un « environnement approprié (...) comportant des abris et des zones de repos confortables », de nettoyer « quotidiennement a minima » les excréments et de surveiller régulièrement l’état de santé des animaux afin d’éviter douleurs, blessures, maladies ou stress.

« Les poneys ne sont pas des jouets »

La Ville de Paris assure avoir écouté les associations et travaillé avec la Fédération française d’équitation et l’école vétérinaire de Maisons-Alfort pour établir cette charte qui vise à respecter le bien-être animal. Pourtant, ces nouvelles réglementations ne parviennent pas à convaincre les associations de défense des animaux, pour qui les mesures mises en place ne sont pas suffisantes.

Ainsi, Paris Animaux Zoopolis -association qui défend la cause animale- a lancé une pétition qui a recueilli plus de 3 000 signatures, pour demander à Anne Hidalgo, maire de Paris, l’arrêt de la pratique des balades à poneys. « Les poneys ne sont pas des jouets qu’on loue pour une balade », proteste l’association sur son compte Twitter.

 

Capture d'écran du tweet de Paris Animaux Zoopolis

 

Il n'y a plus qu'à attendre le 14 decembre, date à laquelle sera voté le projet de renouvellement des conventions pour les balades à poney, afin de savoir si les revendications de l'association seront écoutées.