Les États-Unis annoncent la disparition définitive de 23 espèces animales

Publié le 14 octobre 2021 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h56)
Par Mélanie Appadoo
Temps de lecture : 2 mins
Le 29 septembre, le service américain de la pêche et la faune a annoncé que 23 espèces étaient désormais éteintes aux États-Unis. Parmi elles, des oiseaux tels que la Paruline de Bachman, le Zostérops bridé et le pic à bec ivoire… En 2013, une étude publiée dans Science Advances révélait déjà que 75 % des espèces animales pourraient disparaître dans les siècles à venir.

23 espèces animales éteintes dont une majorité d’oiseaux

Dans un communiqué publié le 29 septembre, le service américain de la pêche et la faune a listé 23 espèces qui ont totalement disparu du paysage. Parmi les espèces éteintes, on note une grande majorité d’oiseaux aperçus pour la dernière fois au milieu du XXe siècle, notamment la Paruline de Bachman, - un des rares oiseaux chanteur d’Amérique du Nord -, le pic à bec ivoire - oiseau emblématique des États-Unis et de Cuba qui a inspiré le pivert Woody Woodpecker -, le Grimpeur de Molokai - reconnaissable à son plumage haut en couleurs - et la Roussette de l’île de Guam indispensable pour la pollinisation mais très convoitée pour sa viande.

Aux 23 espèces disparues, s’ajoutent également des poissons d’eau douce, des plantes et des moules. Malheureusement, le nombre d’espèces vouées à disparaître est amené à croître avec le dérèglement climatique, les activités humaines et les surexploitations des ressources naturelles. Depuis 1970, 3 milliards d’oiseaux ont disparu en Amérique du Nord. « Avec le changement climatique et la perte de zones naturelles poussant de plus en plus d'espèces au bord du gouffre, le moment est venu de déployer des efforts proactifs, collaboratifs et innovants pour sauver la faune américaine. », a déclaré la secrétaire Deb Haaland dans le communiqué.

 

Protéger les espèces et leur habitat, une nécessité pour éviter une sixième extinction de masse

Si les espèces citées plus haut n’avaient pas été répertoriées dans l‘Endangered Species Act (ESA) dont l’objectif est de protéger les espèces menacées ainsi que leur habitat, il se pourrait que le nombre de disparitions soit plus important aujourd’hui. « Alors que des protections ont été fournies trop tard pour ces 23 espèces, l'ESA a réussi à empêcher l'extinction de plus de 99 % des espèces répertoriées. Au total, 54 espèces ont été retirées de la liste de l'ESA en raison de leur rétablissement, et 56 autres espèces ont été déclassées de “en danger” à “menacée”. » indique le communiqué.

En 50 ans, 68 % des espèces d’animaux sauvages ont disparu de la Terre, selon le rapport Planète vivante, publié par le Fonds mondial pour la nature en 2020. Pour protéger les espèces menacées, de nombreux acteurs se sont empressés d’agir. En France, le mouvement On Est Prêt a lancé sa campagne "Zone Sauvage" qui a pour ambition de soutenir financièrement des associations qui œuvrent pour la protection des animaux sauvages en France, dont l’Association de protection des animaux sauvages (Aspas) et le Centre Athenas.

 

Il vous est également possible sur le site, d'effectuer un quizz pour découvrir votre animal totem ; ainsi, vous saurez ainsi comment mieux le protéger le lynx boréal ou la loutre d'Europe !

 

Dans la même veine, le film ANIMAL dont la sortie est prévue le 1er décembre 2021, attire précisément l’attention sur la disparition massive des espèces. Dans son film, le réalisateur engagé Cyril Dion démontre comment avoir un réel impact sur la sixième extinction de masse, à travers le parcours de deux adolescents, Bella et Vipulan.