Le gouvernement abandonne son référendum sur la préservation de l'environnement dans la Constitution

Publié le 13 juillet 2021 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

À l'occasion de la séance de questions au Gouvernement à l'Assemblée nationale, le 6 juillet 2021, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que la préservation de l'environnement n'entrerait finalement pas dans la Constitution. Cette annonce, fortement critiquée par les députés, met donc un terme au processus de révision constitutionnelle.

 

Une réforme initiée par la Convention citoyenne pour le climat 

Le 14 décembre dernier, le président de la République Emmanuel Macron avait annoncé, devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat que la lutte contre le réchauffement climatique serait prochainement inscrite dans la Constitution. Cette décision dépendait de la décision du Parlement et aurait permis de mieux protéger la nature et de voter des sanctions plus concrètes lorsque des procédures judiciaires seraient engagées. Finalement, cela ne se fera pas, compte tenu de l'annonce faite par le Premier ministre Jean Castex, le 6 juillet 2021.

 

Au cours de la séance habituelle de questions au Gouvernement à l'Assemblée Nationale, il a en effet expliqué que la protection de l'environnement ne serait finalement pas inscrite dans la Constitution car les députés et les sénateurs n'auront pas trouvé un terrain d'entente. « Le gouvernement regrette, tout en le respectant, le vote émis par le Sénat hier sur ce sujet extrêmement important », a-t-il développé sous les cris des députés. Malgré cette annonce, Jean Castex a rappelé que le combat continuait. « C’est profondément regrettable. Cette majorité prend ses responsabilités, celle d’une écologie exigeante, responsable, celle d’une écologie de la croissance, d’une transition écologique négociée les yeux ouverts, soucieuse d’accompagner d’aider nos concitoyens et non pas de les punir ou les contraindre », a-t-il ajouté.

Une décision critiquée par les défenseurs de l'environnement

L'annonce faite par Jean Castex a provoqué de vives réactions chez les défenseurs de l'environnement. « Aujourd’hui, une de nos plus belles mesures de la Convention citoyenne pour le climat tombe sous un énième filtre politique. Pendant ce temps, les océans et les forêts brûlent », a écrit sur Twitter, William Aucant, un ancien membre de la Convention citoyenne pour le climat. 

william-aucant-twitter

Capture d'écran issue du compte Twitter de William Aucant

 

Certains regrettent la décision du gouvernement concernant cette réforme. « Face à l’absence de volonté des Républicains d’agir pour le climat, le gouvernement ne s’est pas donné les moyens de faire aboutir cette réforme pourtant essentielle », a dévoilé le député écologiste, Matthieu Orphelin.

 

Par Léa Bourgoin