Bientôt un chargeur universel en Europe ?

Publié le 19 octobre 2021 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h56)
Par Anne-Sophie de Monès
Temps de lecture : 2 mins
Qui ne s’est jamais senti décontenancé devant l’impossibilité de charger son téléphone avec un chargeur qui n’est pas adapté à son téléphone et qui n'est pas envahi au bureau ou chez soi par différents chargeurs devenus obsolètes ou non adaptés à un nouvel appareil électronique ? La Commission européenne a présenté fin septembre une proposition de loi visant à imposer aux fabricants de smartphones, tablettes, consoles de jeux, enceintes bluetooth et autres appareils numériques, de doter leurs appareils d’un port de charge universel de type USB-C.

Un chargeur universel pour limiter les déchets et les désagréments des consommateurs 

Une loi visant à l’harmonisation technologique serait la bienvenue dans un secteur où tout devient très vite obsolète, les appareils et les accessoires étant mis trop rapidement au rebut. Les chargeurs non utilisés et jetés représentent 11 000 tonnes de déchets électroniques par an !

C’est pourquoi la Commission européenne travaille depuis 2009 sur le sujet d’une solution universelle pour la charge des téléphones mobiles et des appareils électroniques. Un premier protocole d'accord avait alors déjà permis de réduire de 30 à 3 le nombre de solutions de chargeurs téléphones mobiles. En 2020, une résolution dans ce sens a été votée par le parlement avec une écrasante majorité. Le dernier projet de loi donnera lieu à une directive européenne, plus contraignante que la résolution, car elle permettra d'obliger les constructeurs à se plier à la règle.

La proposition déposée le 23 septembre dernier (qui inclut en outre l’obligation des fabricants de séparer la vente du chargeur de celle de l'appareil électronique) doit maintenant être adoptée par le Conseil européen et par le Parlement européen. À partir de la date d'adoption, une période de transition de 24 mois est prévue pour laisser le temps aux constructeurs de s’adapter à la nouvelle loi. Espérons qu’ils devancent la date d’application, car selon les estimations de Bruxelles, cette nouvelle contrainte entrainant une réduction de production et d'élimination de nouveaux chargeurs, réduira la quantité de déchets électroniques de près de 1 000 tonnes par an. Même si de formidables initiatives telles que le réseau Envie permettent de valoriser les déchets électroniques, il est urgent de limiter notre consommation d'accessoires électriques et électroniques.   

 

Le fabricant Apple particulièrement visé par ce projet de loi

Selon la nouvelle proposition législative de la Commission, les appareils électroniques d'Apple devront être dotés d’un port de charge de type USB-C, dit aujourd’hui "universel" car beaucoup plus répandus. Les appareils récents des marques Samsung ou Huawei en sont par exemple déjà dotés. Les iPhones d’Apple, sont équipés quant à eux d’un port dit "Lightning" qui ne peut fonctionner qu’avec un câble spécifique. Ses chargeurs représentent 20% des chargeurs en Europe. Apple freine tant qu’elle peut l’installation d’une prise universelle sur ses appareils, prétextant que cela geinerait l'innovation et pénaliserait les consommateurs qui possèdent déjà les équipements. 

Le choix de Bruxelles d’imposer le port USB-C est guidé par le nombre existant d'appareils déjà equipés d'un tel port plus important, mais aussi par la réputation de leur résistance. Ils sont par ailleurs jugés plus pratiques car le câble peut être inséré dans les deux sens. 

Pour contrer la problématique du chargeur, les fabricants, Apple le premier, misent de plus en plus sur des chargeurs sans fil, avec une recharge sur le dos du téléphone. Une autre option pour éviter la multiplication des différents chargeurs, en espérant que chaque marque ne cherche pas à imposer un chargeur sans fil compatible à un seul appareil !