Kenya : deux fois plus d’éléphants grâce à la lutte contre le braconnage

Publié le 15 octobre 2020 (modifié le 3 mai 2022 à 15h44)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Bonne nouvelle pour nos amis les pachydermes ! En 30 ans, leur population a doublé au Kenya et ce, grâce à la lutte contre le braconnage.

 

Des initiatives exemplaires au Kenya pour préserver la faune sauvage

Depuis de nombreuses années, l’ivoire des éléphants a toujours attisé les convoitises pour la création d’objets de décoration, de bijoux… Malgré l’interdiction du commerce illégal d’ivoire en 1989, ce dernier continue toujours d’alimenter le massacre des éléphants, menacés d’extinction. Alors que l’on comptait près d’un million d’éléphants dans les années 1970 en Afrique, leur population n’a cessé de décliner depuis, passant de presque 500 000 en 2007 à 352 000 en 2017. 


Aujourd’hui, grâce à des lois très strictes, le Kenya, figure emblématique de la lutte contre le braconnage, parvient à contrer ce fléau et voit sa population d’éléphants doubler. Le pays compte aujourd’hui 35 000 pachydermes. De nombreuses initiatives ont été mises en place pour protéger les animaux sauvages. Dans la réserve de Loisaba, au nord-ouest du mont Kenya, des patrouilles constituées de rangers sont organisées tous les jours pour pouvoir suivre la position en temps réel des éléphants. De plus, à bord d’un avion, le pilote recense via une application de géolocalisation, les animaux vivants ou morts qu’il croise, comme en témoigne le reportage de France 24 :


Partout au Kenya, des initiatives du même type se multiplient pour protéger au mieux les éléphants et plus largement, les animaux sauvages. Pour cela, le pays est aidé d'ONG telles que Space for giants qui oeuvre pour la conservation de la faune et la flore kenyane.


La lutte contre le braconnage, un combat qui continue

Outre les actions terrains, des ateliers et des formations sont organisés pour sensibiliser les populations locales au respect de la faune sauvage. Pour Ellie Modesta, co-fondatrice de Chui Mamas, une organisation valorisant le savoir-faire des femmes, ces ateliers permettent d’avoir toutes les solutions à portée de main pour agir en connaissance de cause. « Dans le passé, on ne comprenait pas pourquoi il était important de protéger les animaux mais maintenant grâce à ces formations, nous avons tellement appris sur la conservation des animaux sauvages, sur la coexistence entre les humains et les bêtes. Maintenant, toute la communauté fait ce qui est en son pouvoir pour les protéger ».


Même si aujourd’hui, la population des éléphants a doublé au Kenya, il importe de redoubler d’efforts pour endiguer totalement le braconnage, véritable fléau mondial. « De toute évidence, nous sommes encouragés de voir le nombre d'éléphants commencer à revenir à leurs niveaux d'avant les années 1970 », explique Richard Thomas, porte-parole de l’ONG Traffic, au micro de 30 millions d’amis. « Mais la menace reste toujours présente, et le besoin à long terme d'endiguer la demande d'ivoire, qui en fin de compte alimente le braconnage, existe toujours. Il reste encore beaucoup à faire. » a-t-il ajouté.