Buddy, le petit robot émotionnel qui accompagne le quotidien

Publié le 24 décembre 2021 (modifié le 27 décembre 2021 à 17h41)
Par Julie MARIE
Temps de lecture : 4 mins
Buddy est un petit robot autonome développé par la start-up française Blue Frog Robotics dont nous avons rencontré le fondateur, Rodolphe Hasselvander. Tout est né de la volonté de ce dernier de démocratiser la robotique et de faire des robots “for good” qui vont aider les humains dans leur vie quotidienne. Son idée est d’obtenir un robot capable de créer un lien émotionnel et d’empathie avec les humains, faisant de lui un véritable compagnon de vie pour toute la famille.

Buddy, le robot au service de l'éducation et de la santé 

Mignon sans être enfantin, Buddy s’adresse à tous les âges et se veut comme « le nouveau petit compagnon de vie de toute la famille », nous dit son créateur. Le robot rappelle les rendez-vous, donne des informations, surveille la maison, éveille les enfants qui peuvent également s’en servir pour jouer… Buddy est un nouveau type de robotique : sociale, au service de l’éducation, de l’inclusion, de la santé et du bien vieillir.

En effet, le robot, encore en phase d’expérimentation, s’adresse à tout type de profil qui nécessite un accompagnement. Équipé de deux roues motorisées, d’une tête articulée intègrant toute une panoplie de capteurs (pour apprehender le vide, les obstacles, ressentir les caresses…) et d’un écran tactile lui servant de visage et de “cerveau”, les qualités de Buddy font de lui un excellent outil d’assistance.

Une invention importante dans le domaine de l'accompagnement

Les élèves souffrant d’une maladie nécessitant une hospitalisation de longue durée peuvent, avec Buddy, poursuivre une scolarité à distance grâce à l’écran du robot équipé d’une caméra que l’enfant peut contrôler. Buddy va en classe à la place de l’enfant, le représente, projetant simultanément le visage de l’enfant sur l’écran du robot lors des cours. Les professeurs peuvent ainsi s’adresser à l'élève via le robot qui peut lever la main, prendre des photos ou même afficher des émotions. L'enfant hopitalisé peut ainsi réduire son sentiment d’isolement en maintenant le lien avec l'école.

600 robots de ce type sont déjà déployés en France dans des écoles et d’après Rodolphe Hasselvander qui a déjà des premiers retours d’expérience, « ça se passe super bien ». Une bonne nouvelle pour la société auprès de laquelle le Ministère de l’Education nationale a commandé quasiment 2 000 robots pour les déployer notamment dans les hôpitaux d’enfants malades. Dans la même logique que l'association l'Enfant@l'hôpital, Buddy permet, grâce aux nouvelles technologies, une certaine continuité de la scolarité des enfants hospitalisés.

Un autre type de public est concerné : les personnes âgées. Buddy a pour projet ambitieux de leur apporter un soutien et une présence familière, bienveillante et chaleureuse qui ne nécessite pas d’entretien. Le petit compagnon déjà déployé dans certains EHPAD leur permettrait aussi de briser l’isolement en veillant sur elles et en facilitant le lien social des séniors avec leur famille ou aidants : ils peuvent grâce à lui partager des photos ou encore se connecter en visio avec facilité. Grâce à un mode compagnon, le robot peut aussi accompagner une personne âgée lors d’une promenade.

Le robot émotionnel Buddy avec un sénior

La société Blue Frog Robotics travaille pour l’instant principalement avec des centres spécialisés, des Instituts médico-éducatif, ou des professionnels de santé tel que des ergothérapeutes. Ces robots sont aussi utilisés auprès d’enfants autistes, comme nous le confie l’ingénieur en robotique. « Les enfants autistes ont un lien particulier avec les robots, ils arrivent souvent plus facilement à s’exprimer et à interagir avec eux qu’avec des humains, parce que le fonctionnement d’un robot est plus facile à comprendre. Ça marche très bien avec Buddy qui est vraiment dans l’interaction, on a de très bons retours ». Buddy aide l’enfant grâce à des applications adaptées, il le sollicite, l’accompagne et l’encourage dans ses progrès. La prise en charge d’un enfant autiste est estimée à quelques milliers d’euros par mois. Actuellement vendu autour des 2 000 euros, ce petit robot serait dans ce cas rentabilisé très rapidement.

"La prochaine révolution sera avec les robots, on en aura tous" 

Cette invention qui devrait être accessible au grand public en fin d’année prochaine, ouvre un champ de possibilités illimitées. Son créateur nous explique avoir fondé la société en 2014 alors que le marché de la robotique n’était encore que très peu développé. À l’époque, Buddy était assez précurseur, surtout en France, mais pour Rodolphe Hasselvander, les populations n’étaient pas encore prêtes à accueillir une telle invention. Une situation qui a bien évolué depuis, avec l’arrivée de la crise sanitaire qui a mis en exergue un besoin de l’intelligence artificielle. « Le marché avait déjà bien grandi avant la crise sanitaire mais le covid a tout accéléré et a mis en lumière tous les besoins du numérique et du digital pour répondre à l’isolement social, à l’éducation à distance, etc. » commente le créateur de Buddy.

Il nous dit aussi avoir de nombreux espoirs d’évolution pour Buddy qu’il souhaite voir devenir un réel personnage et pas seulement un outil. La société prévoit également d’en faire une famille, avec des robots de tailles différentes et des accessoires variés qui viendront se plugger sur le robot. Son contenu est évolutif, avec le développement de nombreuses applications sur la plateforme androïd pour permettre à chacun de trouver son bonheur.

« Nous sommes maintenant en Europe un acteur majeur de la robotique sociale avec la vision que demain on vivra tous avec des robots comme aujourd’hui on vit tous avec des téléphones et ordinateurs. La prochaine révolution sera avec les robots, on en aura tous ». Rendez-vous dans quelques années pour voir ce que sera devenu ce petit robot dont une large partie de la production est faite en France. En espérant qu’il se déploie au sein de différents services et aide une large panoplie de publics.