Le site fait peau neuve ! On espère qu'il vous plaira !

Cette association aide les enfants hospitalisés à apprendre et à s’ouvrir au monde

Publié le 19 février 2021
Par Mélanie
Temps de lecture : 2 mins

Grâce à une application numérique mais aussi grâce à de jeunes volontaires diplômés et voyageurs motivés aux quatre coins de la planète, l’association L'enfant@l’hôpital permet à des enfants hospitalisés et/ou en situation de handicap de participer à des ateliers pédagogiques et de découverte du monde. Nous avons rencontré sa fondatrice, Anne Dunoyer, en partenariat avec le magazine Selection Reader's Digest.

L’enfant@l'hôpital s’appuie sur des volontaires motivés et une application numérique 

L'association L'enfant@l’hôpital s‘appuie sur trois piliers très solides. Le premier pilier est sa plate-forme web, Kolibri, qui permet des dialogues entre des enfants hospitalisés et des voyageurs ou des savants. Le deuxième est le partage d’expériences concrètes de ces mêmes voyageurs du bout du monde avec les enfants. Le troisième pilier est composé quant à lui, de jeunes volontaires étudiants, issus de l’enseignement supérieur, en particulier de l'école Polytechnique, qui animent les ateliers dans les centres hospitaliers ou établissements scolaires. 

Dans les années 80, Anne Dunoyer, urbaniste, a pensé que l’informatique domestique arrivant sur le marché, regorgeait de trésors de pédagogie qui pouvaient aider des personnes désolées et isolées. Anne s’est tournée en priorité vers les enfants malades en décidant d’utiliser ces nouveaux outils pour l’enseignement à l’hôpital. Elle a développé cette structure qui accompagne les enfants malades hospitalisés et les enfants en situation de handicap en leur donnant le goût d’apprendre. D'ailleurs, le slogan de l’association est très parlant : « Apprendre c’est guérir un peu ». 

 

Le rôle des bénévoles, un rôle capital

Tout d’abord les voyageurs jouent un rôle primordial au sein de l'association L'enfant@l'hôpital. Ce sont des jeunes, ou des moins jeunes qui partent seuls, entre amis ou en famille, à vélo, à cheval ou autre, pour un minimum de six mois. Conscients de la chance qu’ils ont, ils acceptent de partager bénévolement leurs expériences de globe-trotters. Avant leur départ pour leur long voyage ils viennent présenter aux enfants leur itinéraire et leur matériel de voyage. Ils s’engagent ensuite à publier une fois par semaine sur la plateforme Kolibri des reportages enrichis de photos ou de vidéos, et à répondre aux questions des enfants. Ils leur rendent également visite à leur retour en France.

Les étudiants volontaires s’engagent eux aussi pour six mois. Ils effectuent à plein temps l’interface entre les voyageurs et les jeunes à l’hôpital. Grace à eux, l’association anime chaque semaine 80 ateliers dans 43 établissements en France. Ces ateliers sortent les enfants du vide sensoriel dans lequel certains vivent parfois. Anne nous explique aussi constater des résultats impressionnants sur la motivation des enfants face à la lecture. Certains, éloignés du goût de la lecture, se mettent à lire car, attachés aux voyageurs, ils veulent continuer à suivre leurs aventures.  

L’association permet également des relations humaines très riches pour tous les acteurs (voyageurs, volontaires et enfants). Un lien très fort se crée entre tous.