2021, cinquième année la plus chaude enregistrée sur Terre

Publié le 11 janvier 2022
Par Julie MARIE
Temps de lecture : 2 mins
Copernicus, le service européen d’observation de la Terre, vient de confirmer l’avancée du réchauffement climatique. Le programme a annoncé le 10 janvier 2022 que les années 2015 à 2021 ont été les plus chaudes jamais enregistrées sur notre planète, avec des concentrations record de gaz à effet de serre observées l’an dernier.

Des concentrations record de gaz à effet de serre sur Terre

Ces sept dernières années, les températures ont atteint des niveaux record sur Terre. C’est en tout cas le constat alarmant que démontrent les derniers rapports scientifiques du service Copernicus.

Canicules exceptionnelles en Amérique du Nord et en Europe du Sud, remarquables vagues de froid dans le centre des États-Unis, spectaculaires incendies au Canada, l’année 2021, cinquième année la plus chaude jamais enregistrée, a subi les ravages du changement climatique. L’agence y a mesuré des nouvelles concentrations record de gaz à effet de serre dans l’atmosphère malgré le ralentissement de l’activité humaine dû à la pandémie de Covid-19.

Carlo Buontempo, directeur du service changement climatique de Copernicus, souligne dans les derniers rapports, qu’il s'agit d'un « rappel brutal de la nécessité pour nous de changer, de prendre des mesures efficaces et décisives pour aller vers une société durable et de travailler à réduire les émissions de carbone ».

Une réelle nécessité de faire baisser les émissions de méthane

En novembre 2021 lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26) à Glasgow, une centaine de pays avaient rejoint une “initiative” visant à réduire de 30 % les émissions de méthane. Puissant gaz à effet de serre, le méthane serait d'après l'UNEP (Union nationale des entreprises du paysage) à l'origine d'environ 30 % du réchauffement de la planète. Un engagement de réduction d’émissions permettrait, s'il était tenu, une de faire baisser les températures sur Terre.

« C’est un nouvel avertissement sur ce que nous faisons à notre planète [et] nous avons désespérément besoin d’actions véritables pour faire baisser les émissions », a commenté Sir Brian Hoskins, directeur de l’Institut Grantham sur le changement climatique de l’Imperial College de Londres, en réponse à la nouvelle étude du service Copernicus.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) avait publié en août 2021 un rapport alertant sur les effets du changement climatique : les scientifiques y rappellent à quel point la hausse des températures affecte la Terre, considérant cette étude comme une alerte rouge pour l'humanité.