Les semences paysannes : retour à la nature

Par l'équipe Oneheart, le 22 février 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Connaissez-vous les semences paysannes ? Dans le cadre de notre partenariat avec le magazine Kaizen, nous nous sommes rendus à Rennes à la rencontre de Jean Martial Morel, maraîcher et Président de l'association Kaol Kozh dont le but est de sauvegarder le maximum d'espèces végétales bretonnes.

Qu’est-ce qu’une semence paysanne ?

Une semence, c'est une graine, qui a subi ou non des modifications. Tout légume est donc issu d'une semence, il y a différentes semences : il y a des semences paysannes, celles-ci sont issues de populations qu'on peut reproduire soi-même, qu'on soit jardinier ou maraîcher. Puis, il y a des semences hybrides qui ont déjà subi quelques interventions, au niveau des croisements ce  sont des semences que l'on peut reproduire, sur son exploitation et puis maintenant on découvre qu'il y a des semences OGM qui sont là, carrément des manipulations génétiques. J’ai rejoint l'association Kaol Kozh, il y a quelques années parce qu'elle correspondait à des valeurs qui sont les nôtres et qui ont le souci de pouvoir permettre aux paysans d'échanger leurs semences entre eux sans être obligés de passer par des multinationales.

 

Kaol kozh, l’association qui préserve les semences anciennes et les espèces végétales

L'association a 10 ans, elle a été avant tout créée dans un souci de sauvegarder le maximum d'espèces végétales bretonnes, qui sont en voie de disparition. Jusqu'à présent, ces légumes issus de semences paysannes étaient commercialisés sur tous les circuits de distribution donc aussi bien, pour la vente directe que ce soient les marchés, les AMAP, les réseaux spécialisés bio, tel que le réseau Biocoop par exemple. On retrouvait aussi ces légumes-là dans la grande distribution, mais jusqu'à présent ces légumes-là n'étaient pas identifiés, c'est-à-dire que le consommateur ne savait pas quand il achetait un légume bio, si c'était une variété hybride ou une variété de semences paysannes. Le rôle de Kaol Kozh est avant tout de recevoir les candidatures des fermes intéressées de vérifier qu'elles correspondent bien aux critères. Les légumes issus de semences paysannes sont identifiés et c'est une fois que cette identification est effectuée,qu'ils vont être commercialisés.

Si on est en accord avec la terre, avec sa vie, avec son sol, on sera en accord avec la nature et la nature sera en accord avec nous.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En regardant cette vidéo, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close