Une instagrameuse marocaine dénonce la misogynie

Par l'équipe Oneheart, le 13 décembre 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Fatima Zohra Serri a 23 ans, elle est marocaine et s’attaque sur intagram à la misogynie qui l’entoure avec des photos esthétiques et interpellantes.  


Son père lui interdit de quitter sa ville pour étudier la photo 

Fatima Zohra vit à Nador, au nord du Maroc, dans un environnement très conservateur. Forcée par sa famille de mettre de coté son rêve de partir étudier la photographie, elle est devenue comptable. Elle n' a cependant pas renoncé à s’exprimer via la photographie qu’elle semble maitriser à merveille, sans avoir suivie d’études pour cela. Comme elle n’a pas le droit de sortir, elle a créé son studio chez elle.

Elle est aujourd’hui suivie par près de 30 000 personnes sur instagram, dont ses parents. Elle est très proche de sa mère et son père, bien que très conservateur, semble apprécier son travail confie-telle à Vice.


Corriger la manière dont sont traitées les femmes

Dans la photo de l’homme tenant un journal, elle dénonce les inégalités des jeunes filles face à l’école dont elles sont retirées jeunes pour se concentrer sur l’apprentissage des taches ménagères en vu de leur mariage. Sur cette photo l’homme confortablement assis sur une chaise jette ses feuilles de journal une fois lues à une femme qui les utilise pour faire bouillir de l’eau.

Comme elle l’explique, « elle veut ainsi montrer que l’acquisition de connaissance est réservée aux hommes ».


Autre image interpellante: celle d'une serviette hygiénique sur son visage. Elle indique qu’elle aurait pu photographier une femme avec du sang et des ecchymoses mais elle a préféré utiliser une serviette pour montrer que la douleur peut venir de n’importe où. Elle voulait aussi parler ouvertement des règles alors que les femmes sont jugées, dans sa société, impures à ce moment de leur cycle hormonal.

 

Un de ses derniers clichés: les pieds d’une femme en talons aiguilles dont le visage reflété dans un miroir est voilé.

 


Espérons qu’elle puisse encore longtemps s’exprimer ainsi et percer comme elle le mérite dans ce milieu artistique. En attendant, vous pouvez la suivre et l'encourager sur son compte instagram @fatimazohraserri
 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à propager savoir, art et beauté

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close