The Interceptor : l’aspirateur à déchets des fleuves

Par l'équipe Oneheart, le 19 novembre 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

The Ocean Cleanup est une ONG créée par Boyan Slat, un écologiste, inventeur et entrepreneur néerlandais. Elle développe des systèmes de nettoyage afin de récolter le plastique qui pollue les océans. 


1000 fleuves émettent 80% de la pollution fluviale


Le 25 octobre dernier, l’ONG The Ocean Cleanup a révélé son nouveau projet : The Interceptor. Un moyen d’endiguer la pollution à sa source, en récupérant les déchets des rivières. 

Cette péniche, qui fonctionne à l’énergie solaire, va intercepter et récupérer les déchets plastiques qui flottent sur les rivières avant qu’ils n’atteignent les océans.

plastique-flotte-ocean

The Ocean Cleanup explique que le plastique ne flotte pas de façon totalement aléatoire et chaotique, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Les déchets sont guidés par les courants des rivières. En prédisant leur itinéraire, il est possible d'en récupérer une grande quantité, en une seule fois, grâce à des digues savamment posées à des endroits stratégiques.
Boyan Slat pense qu’il serait possible de “régler le problème de la pollution des 1 000 fleuves les plus souillés, responsables de 80 % de la pollution fluviale totale, d’ici à 2025”.

 

Une réelle efficacité sans aucune pollution 

L'Interceptor est totalement autonome. Il carbure à l’énergie solaire et utilise des batteries en lithium-ion qui lui permettent de travailler jour et nuit sans émettre de pollution, qu’elle soit sonore ou fossile. Selon The Ocean Cleanup, l’Interceptor peut récolter 50 tonnes de déchets chaque jour.

Le navire utilise des barrières flottantes qui attrapent et guident les déchets vers une ouverture. Le courant déplace alors les débris sur un tapis roulant qui les extrait de l’eau pour ensuite atterrir dans des bennes. Une fois qu'elles sont pleines, le système informatique embarqué sur l’Interceptor alerte les partenaires locaux pour qu’ils puissent récupérer les déchets et les recycler.

interceptor-nettoyage-dechets

Pour qu’on puisse vraiment se débarrasser du plastique dans les océans, nous avons besoin de faire deux choses”, explique Boyan Slat. “ Premièrement, on a besoin de nettoyer la pollution qui se trouve déjà là, tout ce qui s’est accumulé durant des décennies et qui ne disparaît pas de lui-même. Mais, deuxièmement, on doit fermer le robinet. Ce qui signifie qu’il faut empêcher que plus de plastique atteigne les océans, dès le départ. Les rivières sont les artères qui transportent les déchets de la terre à la mer.”

Il existe aujourd’hui deux Interceptors : le premier est posté dans le Canal de contrôle des inondations de Jakarta, en Indonésie et le second parcourt le fleuve Kelang et la rivière Selangor, en Malaisie. 

Crédits : The Ocean Cleanup

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close