Somalie : un nouveau projet de loi prévoit un quota de 30% de femmes au Parlement

Par l'équipe Oneheart, le 29 juin 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Mardi 23 juin, la Chambre Basse somalienne a approuvé un nouveau projet de loi prévoyant l’instauration d’un quota de 30% de femmes au sein du Parlement. Une bonne nouvelle pour les activistes qui luttent pour la féminisation de la politique au sein du pays. 


Un quota jamais atteint 


La barre des 30% de femmes au sein du Parlement Somalien n’a pour le moment, jamais été franchie. Dans les années 2000, les femmes représentaient seulement 8% des parlementaires. Quelques années plus tard en 2012, elles étaient 14%. Aujourd’hui en 2020, elles occupent 80 places au sein des deux chambres du Parlement, soit presque un quart des postes. 

 

Pour obtenir un poste en politique, les Somaliennes sont confrontées depuis des années à des obstacles comme le système patrilinéaire (les organisations sociales étant fondées sur l'ascendance paternelle), l’accès à l'éducation ou encore l’interprétation de la religion. Le projet de loi a été adopté à une large majorité, avec seulement 7 voix contre, même si la décision n’est pas du goût de tous.


Plusieurs députés mécontents du projet de loi 


Selon la BBC, le texte de loi a suscité du mécontentement de la part de plusieurs parlementaires. Le député Abdirashid Duale a par exemple déclaré que son « droit avait été violé ». Selon certains hommes politiques, l’instauration de ce quota serait un obstacle risquant de contrecarrer leurs projets.

 

Pour Hodan Osman, chercheuse à l’Institut des études africaines, le projet de loi doit véritablement entrer dans la vie quotidienne des politiques du pays et non être une mise en pratique symbolique. « Nous voulons des femmes compétentes, qui soient capables de combattre les violences sexuelles. » explique t-elle. 

Bien que le texte de loi ne soit pas encore ratifié, ce projet de loi est déja une grande avancée pour la place des femmes dans le pays.

 

 

Par Chloé Sappia

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close