Sida : un deuxième patient bientôt guéri ?

Par l'équipe Oneheart, le 08 mars 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Une étude du professeur Ravindra Gupta, rapportée dans la revue « Nature », présente un deuxième cas mondial de rémission prolongée chez un patient porteur du VIH. Comme le « patient de Berlin » dix ans plus tôt, une greffe de moelle osseuse serait à l’origine de cette probable guérison.

Après le « patient de Berlin », y aura-t-il le « patient de Londres » ? Une étude publiée dans la revue « Nature » par le chercheur Ravindra Gupta, professeur à l’université de Cambridge pointe l’existence d’un deuxième cas de rémission prolongée d’un patient souffrant du VIH. Cette nouvelle arrive 10 ans après le « patient de Berlin », premier cas mondial de rémission confirmé.

Vers une guérison du VIH ?

Dix-neuf mois après l’arrêt de son traitement, le patient, dont on ne connait pas encore l’identité, n’a pas montré de signes d’être atteint du virus. Comme le premier cas, le patient de Londres a reçu une greffe de moelle osseuse afin de traiter, cette fois-ci, un lymphome de Hodgkin. Les similitudes de traitement et de résultats entre les deux patients montrent que «  « le patient de Berlin » n’a pas été une anomalie » affirme le professeur Ravindra Gupta. Ce dernier espère ainsi confirmer une guérison prochaine pour ce patient. Pour autant, un tel traitement est lourd et ne représente pas, à cet instant, une solution viable pour les chercheurs. Cette découverte permet cependant d’écarter certains traitements qui ne seraient pas efficaces.

Continuons à aider la recherche

A ce jour près de 37 millions de personnes vivent avec le VIH à travers le monde et les traitements disponibles, comme la thérapie antirétrovirale, ne peuvent que contenir le virus et non le soigner. Il est important de continuer à soutenir la recherche ainsi qu’améliorer l’accompagnement des personnes atteintes du VIH. A titre individuel, le dépistage reste la première chose à faire pour écarter tout risque de propagation du virus. Afin d'aller plus loin, vous pouvez effectuer un don afin soutenir l'action des associations comme AIDES, Sidaction ou encore l'Association de la lutte contre le sida.

 

Crédit photo : Ashwini Bhatia

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close