Sensibiliser à l'autisme, toujours une nécessité

Par Sur les bancs de l'école, le 02 avril 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

La journée mondiale de sensibilisation à l’autisme du 2 avril 2016 est l’occasion pour le grand public de se familiariser à ce handicap mal connu et de tordre le coup aux préjugés qui l’entourent. Retour sur cette actualité avec Anne Buisson, présidente de l’association Sur les bancs de l’école.       

Le 2 avril 2016, c’est la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. A travers un téléfilm, une campagne gouvernementale et les actions menées par l’association Sur les bancs de l’école, tout le monde est invité à en apprendre un peu plus sur ce handicap trop souvent ignoré.

Presque comme les autres, quand la réalité rejoint la fiction

Nous vous avions déjà parlé du téléfilm Presque comme les autres, produit par France 2 et diffusé le 30 mars 2016. Inspiré par l’expérience de Francis Perrin, il retrace la vie d’un jeune autiste et de ses parents désemparés face au handicap. Anne Buisson, présidente et fondatrice de l’association Sur les bancs de l’école, est «  toujours ravie quand les chaines de télévision informent le grand public sur l’autisme. Il y a un très grand manque de connaissance de ce handicap.

Le film montre le parcours du combattant que vivent quotidiennement les parents d’enfants avec autisme, c’est essentiel. Cependant, il se conclue au moment du diagnostic et au début du traitement de l’enfant. Il est très important de préciser que les méthodes de traitement coûtent actuellement une petite fortune et ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale. Elles ne sont pas accessibles à toutes les familles. Heureusement, le débat suivant la diffusion évoquait cette problématique et complétait le propos. »

Dis-moi Elliot, une campagne de sensibilisation

« Le problème avec eux, c’est qu’ils ne veulent pas communiquer ! », « A ce qu’il paraît, ils ne ressentent même pas la douleur », ou encore « Ils n’ont pas d’émotions » : on entend tout et n’importe quoi à propos des personnes avec autisme. Pour tordre le coup à ces idées préconçues, le gouvernement a lancé le site Internet Dis-moi Elliot. L’internaute y est placé dans la tête d’Elliot, un enfant autiste.

« Je salue la démarche, précise Anne Buisson, c’est une grande première. Enfin une campagne gouvernementale sur l’autisme ! Ce qu’il faut en retenir est qu’elle casse les préjugés sur ce handicap. Il est essentiel d’informer les gens sur ce qu’est réellement l’autisme. Nous vivons dans un pays qui se voile la face depuis bien trop longtemps. »

Une question sociétale

« Nous sommes aujourd’hui face à nos responsabilités, explique la présidente de l’association. Nous devons faire un choix de société. Il est tout de même aberrant qu’en 2016 nous ayons toujours un débat sur l’accessibilité ! Nous vivons dans un pays riche, et nous sommes parmi les plus en retard sur ces questions. Nous avons un problème de perception du handicap.

Ce que vivent les adultes autistes en France est atroce, indigne ! Ils sont enfermés, parqués dans des structures créant de la dépendance. On leur fait coller des gommettes ! Et les enfants, que font les 80 % d’entre eux non scolarisés ? Où sont-ils ?

En France, 650 000 personnes sont atteintes d’autisme. Cette population est en désespérance et les familles sont souvent en situation de grande précarité.

Le plus dérangeant c’est que l’argent est là ! Mais il est investi dans le sanitaire, dans des structures qui fabriquent de la dépendance. Il faut le réorienter vers l’éducatif, vers l’autonomie. »

L’éducation comme solution

L’association Sur les bancs de l’école se bat au quotidien pour accompagner les jeunes avec autisme et leurs familles de façon adaptée.

« Nous avons un gros problème de scolarisation en France, souligne Anne Buisson. A chaque débat sur le sujet, il est étrange de constater l’absence perpétuelle de l’éducation nationale. Si notre société veut s’ouvrir au handicap, cela passera par la scolarisation des handicapés en milieu ordinaire.

C’est peut-être choquant, mais en France nous ne considérons pas les handicapés comme des citoyens comme les autres. Nous pensons qu’ils doivent être dans des centres spécialisés, qu’ils n’ont pas droit à l’école. »

Sur le terrain, l’association a ouvert deux maisons TED, l’une en 2009, l’autre en 2014. L’objectif de ces lieux de vie est de créer un espace où les parents peuvent trouver des réponses à chaque difficulté rencontrées.

« Nous proposons de rendre accessible une prise en charge pluridisciplinaire avec la maison TED, détaille la fondatrice de l’association. Nous scolarisons les jeunes avec autisme en milieu ordinaire, au contact d’autres enfants. Pour les guider, nous formons du personnel accompagnateur. C’est le chainon manquant de la question de l’autisme en France ».

Sur les bancs de l’école vient également de créer une structure unique en son genre. L'Autism Friendly Académie a ouvert sa première classe-passerelle vers le monde professionnel à Paris, en septembre 2015. Les jeunes qui fréquentent l'Académie ont tous connu une rupture dans leur parcours (déscolarisation, phobie scolaire, inadaptation au système classique...). Ils bénéficient d'un programme complet de 27h par semaine sur toute la durée de l'année scolaire.

En groupe, avec un encadrement adapté et une pédagogie différenciée, ils retrouvent le plaisir d'apprendre, expérimentent de façon très concrète les apprentissages. Le but est qu’ils se déterminent pour bâtir, en collaboration avec l'équipe encadrante et la famille, un projet de formation professionnelle réellement en lien avec leurs appétences et leurs potentialités.

De nombreuses disciplines sont proposées comme la pratique artistique, l’informatique, des sorties éducatives et culturelles ou encore le sport.

De la journée bleue à la traversée bleue

Depuis 2011, Sur les bancs de l’école organisait la journée bleue. Le principe était simple et accessible à tous. Il s'agissait, pour chaque personne souhaitant exprimer son soutien, de poster, avec le hashtag #LaJournéeBleue, un selfie mettant en valeur un accessoire/vêtement/maquillage bleu, la couleur emblématique de l'autisme partout dans le monde.

« Cette année, le 16 avril 2016, nous lançons la traversée bleue », annonce Anne Buisson. Un groupe composé d’une célébrité, de professionnels de l’autisme, de membres de la famille et d’enfants porteurs d’autisme vont traverser la manche en monocoque (aller-retour) pour ouvrir la route à trois pédalos. Ces derniers vont tenter de battre le record du Guinness Book de la traversée de la Manche, aller/retour, en pédalo et en solitaire.

La présidente de l’association souhaite « montrer que nous sommes dans le même bateau, solidaires face à l’épreuve. Tous ensemble pour l’autisme.

Nous attendons un réveil du pays. Les personnes autistes sont pleines de richesses. Elles peuvent apporter énormément de choses. Il faut que vienne le temps de l’inclusion. Nous devons ouvrir notre société, ouvrir nos regards, ne pas avoir peur.

Si j’avais un message à faire passer aujourd’hui, ce serait : ayons de l’ambition pour eux ! »

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à repousser les limites du corps et de l’esprit

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Sur les bancs de l'école !

Je découvre toutes
ses actualités

Close