Scout toujours ? ...Toujours prêts pour la Journée mondiale du scoutisme !

Par l'équipe Oneheart, le 22 février 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le 22 février, c’est la journée mondiale du scoutisme. Alors que ce mouvement fête ses 110 ans d’existence, il continue de faire des adeptes dans le monde entier, et pour cause : ses valeurs de fraternité, d’entraide, et de préservation de la nature, sont plus que jamais d’actualité.


Le scoutisme : un état d’esprit fraternel avant tout

Le saviez-vous ? Le mot scout vient du vieux français “escoute”, qui signifie écoute. Une valeur fondamentale pour ce mouvement de jeunesse mondial qui dépasse largement - contrairement aux idées reçues - la religion catholique. Centré sur la solidarité, le respect et l’entraide, le scoutisme vise en effet avant tout à former des individus autonomes, responsables et épanouis, contribuant de manière positive et dynamique à la société : apprendre à être en accord avec soi-même, avec les autres, et avec le monde font partie des grands principes qui régissent le scoutisme. Ainsi, les activités pratiquées par les scouts sont généralement collectives, pour travailler l’esprit d’équipe ; et en lien avec la nature, pour favoriser l’épanouissement physique, tout en apprenant à interagir de manière respectueuse avec le monde qui nous entoure.

signe scoutisme mainDes pratiques et un héritage communs

Malgré la diversité des branches qui en sont issues, le scoutisme tire son origine d’un héritage commun : celui de Lord Robert Baden-Powell, un militaire britannique qui organisa en 1907 un camp d’été avec une vingtaine de jeunes garçons sur l’île de Brownsea. L’objectif : s’appuyer sur des activités à la fois ludiques et responsabilisantes pour former le caractère des adolescents, dans le respect de la nature et en développant leur sens de l’entraide. Au-delà de ces principes pédagogiques, le mouvement scout est aussi caractérisé par sa tenue, qui vise à la fois à "gommer les inégalités sociales", et à créer un fort sentiment d’appartenance entre scouts. Elle est bien entendu conçue pour être adaptée aux activités de plein air (chemises à poche, chapeaux à larges bord pour se protéger du soleil ou de la pluie). L’un de ses symboles les plus connus est le fameux foulard scout, dont la couleur et la forme permettent de reconnaître le pays, l’âge ou encore le “grade” (louveteau, éclaireur…) de celui qui le porte.

scout groupeCrédits photo : lesscouts.be


Le scoutisme aujourd’hui en France

Aujourd'hui, le scoutisme compte plus de 40 millions de membres dans 217 pays, dont 170 000 en France. Le scoutisme français compte 10 principaux mouvements, dont 6 constituent la Fédération du scoutisme français, organisme reconnu par l'organisation mondiale du mouvement scout, et font état de la diversité de croyances et de cultes des Français :

Les Éclaireuses éclaireurs de France, un mouvement laïc, comptant 32 500 adhérents ;
Les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France, mouvement protestant comptant 6000 adhérents ;
Les Éclaireuses éclaireurs israélites de France, mouvement juif comptant 4000 adhérents ;
Les Scouts et Guides de France, mouvement catholique comptant 71 000 adhérents ;
Les Scouts musulmans de France, mouvement musulman comptant 3 100 adhérents ;
Les Éclaireurs de la Nature, un mouvement créé en 2007 autour de la méditation pleine-conscience, comptant 600 adhérents.


En dehors du Scoutisme français, 4 autres mouvements de scoutisme sont agréés par le ministère de la Jeunesse et des Sports ; enfin, un foisonnement de petites associations scoutes existent, centrées sur une tradition religieuse précise, ou sur un thème d’activité dédié comme les Randoscouts ou encore les Scouts escrimeurs. De quoi trouver votre bonheur pour occuper sainement vos enfants pendant les vacances et les week-ends, quelles que soient vos croyances !

 

A l’occasion de la journée mondiale du scoutisme, nous avons interviewé Marianne pour qui le scoutisme représente bien plus qu'une simple activité. Elle revient sur les moments forts de ses années de scoutisme, des meilleurs souvenirs et surtout des valeurs qu’elle en garde.

 

Comment es-tu venue à faire du scoutisme ?

J’ai découvert le scoutisme par le biais de mes parents qui y étaient depuis très jeunes, -ils se sont rencontrés là- et qui y sont encore aujourd’hui. C’est tout naturellement, depuis toute petite -depuis que j’ai 6 ans-, que j'ai rejoint le mouvement avec ma sœur. Je faisais partie de l'Association Eclaireuses et Eclaireurs de France, précisément celui de Talant en Bourgogne puis j’ai rejoint le groupe de Cluny en Saône-et-Loire. En bref, Les Eclaireuses et Eclaireurs de France acceptent toutes les religions mais aucune n’est mise en avant. J’ai fait toutes les étapes : j’ai d’abord été lutine (6 à 8 ans), puis louvette (8 à 11 ans), ensuite Eclée (11 à 15 ans), avant d’être Aînée (de 15 à 19 ans) et de finir Responsable (on passe le BAFA et on s’occupe des enfants).

 


Qu’est ce que ça t’a apporté dans ton développement d’enfant à ado ? Et encore aujourd’hui, qu’est-ce que ça t’apporte au quotidien, quelles sont les valeurs que tu en gardes ?

Le vivre ensemble : Comme je le disais, Les Eclés (pour Eclaireurs), c’est un groupe laïc. On apprend à vivre ensemble, à vivre en communauté, à accepter tout le monde, à respecter son prochain.  Malgré les différences, on est tous pareils !

- La solidarité : à travers les diverses activités proposées, on apprend également à s’entraider, à aider son prochain, à faire preuve de solidarité.

- Le respect de l’environnement : pendant les camps d’été, on dort sous la tente, on apprend à faire des feux, des tables en bois avec des rondins et pas n’importe lesquels, il s’agissait de rondins que l’on récupérait auprès des  gens qui louaient le terrain où l’on campait. Un autre exemple, les toilettes sèches. On nous faisait également découvrir la faune et la flore au travers de diverses activités ludiques. Les chansons que l’on chantait autour du feu de camp par exemple, véhiculaient des valeurs fortes. Je me souviens d’une chanson qui s’appelait « Liberté ». Bref, on apprend par-dessus tout à respecter la nature qui n’est malheureusement pas immortelle.

Ce sont des valeurs avec lesquelles j’ai grandies, et qui aujourd’hui me sont chères et que je conserve. Il s’agit de tout plein de choses auxquelles je fais hyper attention maintenant.

 


As-tu quelques souvenirs marquants ? Un souvenir révélateur que tu gardes de cette expérience scoute ?

Je me souviens d’un grand rassemblement, j’étais encore toute petite. J’avais 7 ans je crois, j’étais lutine. Cet événement s’appelait « Mosaïques Couleurs » et se tenait à Rodez dans le sud de la France. C’était un rassemblement national : tous les Eclaireurs de France, petits et grands, s’étaient réunis. On avait fait une marche en allant à Rodez, chaque tranche d'âge portait une couleur spécifique. Nous sommes arrivés sur la place centrale et là, il y avait Hugues Aufray, artiste engagé, qui chantait. On s’est tous retrouvés à chanter sur la place, ça m’a marqué. On chantait tous ensemble, c’était le mélange de couleurs sur cette place… tous ensemble.

 

Aux parents qui hésiteraient, tu leur dirais quoi ?

On vit dans un monde où l’environnement est au cœur de tout. Aujourd’hui, j’adore aller à la campagne, à la mer, faire de la rando…tout ça en grande partie grâce au scoutisme. Surtout quand on voit tout le monde avec leurs téléphones portables…c’est hyper important ! Quand j’étais scoute, j’adorais les grands jeux où l’on apprenait à jouer ensemble, à jouer en équipe, à s’entraider (les grands aident les plus petits). Mon message aux parents ? Si vous n’avez pas l’occasion de faire découvrir la nature à vos enfants, les Eclaireuses et Eclaireurs de France vous le permettront par le biais d’activités ludiques dans la nature. De ces belles années, j’ai également gardé de très très bons amis que je me suis fait. Ils m’ont hébergée 6 mois quand je suis arrivée à Paris.

Aujourd’hui encore, mes parents sont toujours chez les Eclé, plus précisément chez les Anciens Eclaireurs de France (ils n’ont plus vocation à être animateurs mais font des activités entre eux), et moi c’est clairement quelque chose que j’ai envie de transmettre à mes enfants, aux générations futures. Donc n’hésitez pas, foncez !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rajeunir le domaine de la lutte

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close