Quand les cantines scolaires se mettent au bio !

Par l'équipe Oneheart, le 12 mars 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Par Sahba, qui cueille ses cèpes


En l’espace de quelques années, le bio a su faire partie de notre quotidien. Selon les chiffres publiés fin février 2018 par l’Agence Bio, la plateforme nationale d'informations et d'actions pour le développement de l'agriculture en France, les espaces bio cultivés ont augmenté de 15% en 2017. D’ailleurs, la France possède la 3ème surface agricole bio de l’Europe, c’est pourquoi la consommation de produits bio ne fait qu’augmenter dans l’Hexagone puisque les Français se soucient de plus en plus de ce qu’ils mangent. Bien que toujours minoritaire, l’agriculture bio entre de plus en plus rapidement dans nos habitudes puisque l'on s'inquiète pour notre santé et l'environnement.

agriculture bio

Comment fonctionne une cantine bio ?

Comme son nom l’indique, c’est assez simple ! Une cantine bio est une cantine qui propose une alimentation issue de l’agriculture biologique. En 2007, la France s’était engagée à introduire 20% d’aliments bio dans les cantines scolaires jusqu’en 2012. Cependant, le constat a été accablant puisqu’après vérification, il n’y en avait que 4% !

 

Où en sont les cantines bio en France ?

Selon un sondage, 86% des Français seraient favorables à l’obligation du bio dans les cantines scolaires puisque cela permet de :

  • Eviter les pesticides présent dans les aliments
  • réduire l’impact écologique
  • valoriser les produits locaux
  • maintenir et encourager les emplois des filières agroalimentaires et biologiques

C’est pourquoi les parents souhaitent que leurs enfants puissent consommer des produits bio au lieu de produits saturés d’OGM qui ne font que polluer davantage l’environnement. L’an dernier, une pétition a même été lancée; cette dernière a atteint plus de 50 000 signatures, pour que les parlementaires puissent se pencher sur une loi. Cependant, ces derniers ont finalement déclaré qu’elle serait inconstitutionnelle…


Emmanuel Macron, alors candidat aux élections, proposait à la onzième page de son programme : “D’ici 2022, 50% des produits proposés par les cantines scolaires et les restaurants d’entreprise devront être bio, écologiques ou issus de circuits courts”.

Devenu Président entre temps, il a réitéré son engagement lors de son discours de Rungis en octobre dernier. De plus, Stéphane Travert, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a réaffirmé le 3 décembre dernier la volonté du Président sur l'introduction de 50% des produits “bio, écologiques ou issus de circuits courts”. Il a même ajouté qu’une loi serait inscrite dans la législation.

 

 

Certains n’attendent pas pour agir

De nombreuses collectivités sont déjà passé partiellement ou totalement au bio pour mettre en pratique des théories : cela n'est qu'une question de volonté.


→ Dans les Alpes-Maritimes, plus exactement à Mouans Sartoux, la cantine bio a totalement convaincu les enfants et les parents. La cantine scolaire de l’école élémentaire Aimé Legall est à 100% bio depuis 5 ans et les enfants en sont heureux puisqu’ils trouvent que les aliments ont vraiment du goût. D’après une cantinière de cette école, étant donné que le bio peut coûter plus cher, ils ont décidé de faire des économies sur d'autres aliments. Résultat : au lieu de 145 grammes, il n’y a que 30 grammes qui sont gâchés. Les enfants peuvent même participer à la récolte des légumes, ce qui crée un lien entre eux et les légumes, les enfants apprécient davantage le goût des aliments qu'ils ont eux-même plantés et récoltés.

→  Dans le même esprit, depuis 2014, l’objectif de Saint-Étienne (Loire) est de proposer des menus 100% bio dans les cantines maternelles et élémentaires soit 3 000 repas servis quotidiennement. En 2013, 80% de leurs repas étaient bio et 41% provenaient des produits locaux. 

→ Dès septembre 2018, les cantines scolaires de Château-Renault (Indre-et-Loire) souhaitent passer au 100% bio dans les assiettes des écoliers. Et pour ce faire, ils ont prévu de cultiver certains produits locaux dans un potager bio.

 

Vouloir, c’est pouvoir : si on a la volonté de faire bouger les lignes, on le peut puisque ces villes l’ont fait. C’est ce qu’on peut observer dans le documentaire “Zéro phyto 100% bio”.

Pourquoi la prochaine ville à faire passer le bio dans ses cantines ne serait pas la vôtre ?

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à mettre du beurre bio dans les épinards

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close