Publicité, diktat de la maigreur et femmes objets

Par l'équipe Oneheart, le 24 mars 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

L’association Women not Objects lance la campagne #IStandUp pour dénoncer les publicités sexistes et le diktat de la maigreur.

#IStandUp, la campagne qui se lève contre les femmes objets

L’association Women Not Objects vient de lancer la campagne #IStandUp. Son objectif est de dénoncer les publicités sexistes qui assimilent la femme à des objets, obéissant au diktat de la maigreur, au culte du corps et à la soumission aux hommes. La vidéo interpelle le public, appelé à s’interroger sur le rôle insidieux que joue la publicité dans notre perception de la réalité.

En début d’année, l’association s’était déjà fait remarquer en publiant We Are, une vidéo fustigeant les campagnes publicitaires avilissantes pour ces femmes qui pourraient être nos mères, nos femmes, nos cousines, nos filles…

Internet : les « défis maigreur »

Les années se suivent et se ressemblent, après les défis stupides des cours de récréation, la course à l’extrême minceur chez les jeunes filles fait de nombreuses victimes sur la toile. A chaque année sa nouvelle aberration.

En 2013, une adolescente « à la mode » se devait d’avoir un « thigh gap » (écart entre les cuisses). L’objectif était d’obtenir le plus grand espace possible entre le haut des jambes. De nombreux sites Internet péroraient sur les méthodes à adopter pour décrocher le saint Graal.

Au printemps 2015, la mannequin Sarah Stage a publié fièrement sur son compte Instagram une photo d’elle enceinte de huit mois, le ventre à peine distendu. Les médecins alertaient alors le grand public quant aux risques de la « mummyrexie » (contraction de « mummy » et « anorexie »). Pourtant, de nombreuses futures mamans succombaient à cette tentation de la minceur extrême.

Aujourd’hui, nous sommes atterrés de vous présenter le défi minceur « A4 ». L’objectif de cette nouvelle absurdité : avoir une taille pouvant se dissimuler entièrement derrière une feuille de papier, format A4, d’une largeur de 21 cm. Pour information la taille de notre actuelle Miss France mesure 25 cm…

Au-delà de l’indignation, ces nouveaux canons de beauté posent le problème de l’anorexie de plus en plus présente chez les jeunes filles. Aux côtés de Women Not Objects, mobilisons-nous pour que toutes les adolescentes choisissent de devenir quelqu’un et non pas quelque chose.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à propager savoir, art et beauté

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close