Pour lutter contre le cancer du col de l'utérus, l'OMS appelle à baisser le prix du vaccin

Par l'équipe Oneheart, le 06 février 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Un vaccin proposé à un prix inférieur permettrait de sauver de nombreuses vies, notamment dans les pays en voie de développement, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS)​.

"Chaque année, le cancer du col de l'utérus tue plus de 250.000 femmes dans le monde, et 85% de ces décès surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire". Pourtant, la plupart de ces décès pourraient être évités si le prix du vaccin était moins élevé, selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l'agence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) spécialisée sur le cancer.

Des études ont en effet démontré que la vaccination protège les femmes contre le cancer du col de l'utérus. Problème : le prix du vaccin anti-HPV, entre 111 et 123 euros, peut être un frein pour certaines femmes. Ce n'est pas le cas en France, où les jeunes filles éligibles bénéficient d’un remboursement à hauteur de 65 %. Mais dans les pays en développement, les femmes ne bénéficient pas de cette couverture. Résultat : pour ces familles aux budgets limités, la lutte contre le cancer du col n'est "souvent pas considérée comme une priorité, et les femmes n'ont pas accès à un traitement adéquats", explique le CIRC.

C'est pourquoi le Centre appelle les diverses autorités sanitaires mondiales à œuvrer pour la baisse du prix des vaccins contre le cancer du col de l'utérus. "Le coût des vaccins demeure un obstacle important, qui devra être surmonté pour permettre aux pays en développement d'élargir leur couverture vaccinale", estime Christopher Wild. Le directeur du CIRC appelle donc à booster la concurrence entre les fabricants afin de tirer les prix vers le bas. Ce qui inciterait les Etats défavorisés à se lancer dans la bataille contre le cancer du col de l’utérus.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close