Nicolas Hulot n’est plus envoyé spécial du Président

Par Fondation Nicolas Hulot, le 12 janvier 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Nicolas Hulot a annoncé mercredi 6 janvier qu’il mettait un terme à sa mission d’envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète, poste qu’il occupait depuis le début du quinquennat de Francois Hollande.

Dans un entretien accordé au Monde publié le 9 janvier, il revient sur les raisons de son départ.

La décision de mettre un terme à sa mission est mûrement réfléchie. A moins de deux ans des prochaines élections présidentielles, le quinquennat entre dans une période extrêmement politique et politicienne. Nicolas Hulot ne souhaitait pas que son travail soit affilié à un mouvement politique. Il estime que l’action écologique est supra-politique : elle ne peut être encadrée et bornée par un quelconque parti politique.

Mais l’ex-animateur d’Ushuaia avait besoin de prendre du recul sur sa participation à la vie politique depuis trois ans. Il voulait aussi s'accorder le temps de l’analyse aussi bien nationale qu’internationale, afin de redéfinir la forme que prendra son engagement futur : il pourrait proposer une alternative au modèle politique traditionnel

Selon Nicolas Hulot, la gauche comme la droite ne se sont pas emparées réellement des questions d’écologie alors que les accords historiques de la COP21 offraient un formidable tremplin à un grand élan écologique.

Il estime que le modèle capitaliste est avant tout la cause de la crise climatique, car il entraine nécessairement un épuisement des ressources de la planète. Tant qu’il subsistera, une solution à la question écologique n’est pas envisageable. Nicolas Hulot prône donc la mise en place d’un nouveau système qui serait son antithèse.

Cette retraite anticipée laisse à penser que Nicolas Hulot se prépare pour une nouvelle bataille. Une enquête Odoxa pour Paris Match et iTélé de décembre 2015, 33% des Français souhaiteraient le voir jouer un rôle en politique. Ce qui le place en tête des personnalités proposées ! De plus, un sondage Ifop pour Atlantico d’octobre 2015, révélait que 34% des Français seraient prêts à voter pour lui à la présidentielle de 2017.

Peut-on attendre un retour aux prochaines élections à la Présidence de la République ? Pour le moment, rien d’officiel. L’ex-candidat à la primaire écologiste de 2012 se consacre pleinement à la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme dont il est le président.

La Fondation s’est donnée pour mission de proposer et accélérer les changements de comportements individuels et collectifs, et soutenir des initiatives environnementales en France comme à l’international pour engager la transition écologique de nos sociétés. Un laboratoire pour la construction d’un futur programme électoral ?

Retrouvez plus d’infos sur la fondation sur notre site !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Fondation Nicolas Hulot !

Je découvre toutes
ses actualités

Close