Mes 24 heures de gestes eco-responsables pour éviter le blackout !

Par Ademe, le 20 janvier 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

En cette période de grand froid, nous sommes appelés à économiser l'énergie. Au risque sinon d'avoir une pénurie d'électricité. Pour montrer que modération ne signifie pas privation, et tenter de dédramatiser, nous avons imaginé la journée d'une personne lambda qui parvient à éviter le blackout grâce à de petits gestes. Une fiction, que l'on espère aussi divertissante qu'utile, à retrouver dans le cadre de notre série mensuelle "Vis ma vie"

8 h. Noir total !

Le radio-réveil crache les nouvelles du jour. Mr Météo annonce - 6 °C à Paris. Pas envie de quitter ma couette. Je monte le chauffage pour me donner du courage. Je vais vite le regretter. Noir total. A peine le temps de pester que la lumière revient. Alleluïa ! 

Au même moment, un push sur mon portable, RTE, le gestionnaire du réseau d'électricité, m'annonce qu'il a dû brievement couper le courant. Raison invoquée : "Rupture d’approvisionnement en électricité". Autrement dit, le réseau a des difficultés à subvenir aux besoins énergétiques de tous les foyers, lesquels ont fortement augmenté à cause de ce froid de canard. RTE en appelle à la responsabilité de chacun. Je suis prévenue : si je ne participe pas à réduire la consommation d'énergie, c'est le black out assuré

C'est à ce moment que je remercie mon père. Un écolo rigoriste. Je l'entends encore me seriner : "N'oublie pas d'éteindre la télé. Un appareil en veille = la disparition d'un ours polaire." Je le soupçonne de m'avoir menti... En attendant, je vais cesser de faire ma rebelle et appliquer ses mesures à la lettre. 

8 h 30. Lumière et chauffage

Le soleil réchauffe mon visage. Je m'empresse d'éteindre la lumière et de baisser le chauffage. 15 °C, c'est amplement suffisant, je ne serais pas ici dans la journée de toute façon. J'en profite pour passer un coup de chiffon sur le radiateur. La poussière empêche la chaleur de se diffuser dans la pièce.

Direction la salle de bain. Je renverse ma lampe de chevet au passage. Ampoule cassée. Brrr. Tant pis, c'est l'occasion de la remplacer par une ampoule Led. Certes un peu plus chères mais "les Led permettent d'abaisser la consommation énergétique de 70 %", ai-je lu dans un communiqué de l’Union Européenne. 

8 h 45. Minuterie et chauffe-eau

Je sais que tirer de l'eau chaude consomme mais hors de question de prendre une douche à l'eau froide ! Je mets un minuteur pour éviter d'y rester plus de cinq minutes. Mieux réveillée je repense à mon père. Je me souviens qu'il règlait la température du chauffe-eau à 50-60°. Il avait raison : "12 % de l’énergie consommée par nos logements est consacrée à chauffer l’eau", vois-je sur le site de l'Ademe.

9 h. Lave-vaisselle et casserole couverte

J'arrive à temps dans la cuisine. Visiblement pas au courant de la situation, et encore groggy de sommeil, mon coloc' s'apprête à lancer le lave-vaisselle, qui plus est à moitié-vite. "Charles, peut-être pourrait-on laver nos deux bols et cuillères nous-mêmes, non ?" Il comprend mieux quand je lui montre l'avertissement du RTE.

Je nous prépare un thé pour nous rassénérer. Je n'oublie pas le couvercle. Faire bouillir de l’eau dans une casserole couverte demande quatre fois moins d’énergie.

"Un peu de lait Charles ?" J'ouvre le réfrigérateur. Quelques stalactites ont fait leur nid. Mon père serait là, il m'enjoindrait de dégivrer immédiatement la machine. "Une couche de glace de seulement 4 mm peut doubler la consommation d’électricité !", me dirait-il.

10 h. Pétition 

Malheureusement, le froid ne m'exempte pas d'aller au travail. Arrivée au bureau, je suis toutefois contente de retrouver ma collègue Julie et sa verve. Là, elle crie à l'injustice : "Pourquoi est-ce toujours aux particuliers de se restreindre ? Quand je vois les enseignes éclairées toute la nuit..." "J'ai justement un plan pour toi", réagit Mathieu, notre web designer et exemple en matière d'écologie. "L'association Agir pour l'environnement à lancé une pétition pour éteindre les panneaux publicitaires en période de grand froid." (http://stopub.agirpourlenvironnement)

Julie exulte en lisant les arguments de l'association. Entre autres : "Chaque panneau lumineux a une consommation électrique équivalente à une famille de 4 personnes, soit près de 4 500 kWh par an."

11 h. Ordinateur portable

La tension redescendue, on se remet sur notre projet de création de site. On travaillera sur nos ordi portables aujourd'hui, 50 à 80 % moins énergivores que les fixes, toujours selon l'Ademe. Et on baisse la luminosité de l’écran.

12 h. Multiprise

"On va dèj' les amis ?" Julie a déjà mis son manteau. "N'oubliez-pas d'éteindre vos ordi ! Un ordinateur en veille utilise encore 20 à 40% de sa consommation en marche." Encore plus responsable, Mathieu appuie sur l'interrupteur de la multiprise pour couper le courant : "La plupart des ordinateurs continuent à consommer, même à l’arrêt", nous rappelle-t-il.

14 h. Internet et Greenpeace

Un autre push ! Je crains que ce ne soit RTE... Non, c'est Greenpeace. L'ONG profite de période de disette électrique pour rappeler l'impact que peut avoir notre utilisation du web:  "Si Internet était un pays, il serait classé dans le top 5 des plus gros consommateurs mondiaux d'électricité." Heureusement, on peut tous agir agir en faveur d’un Internet plus économe.

Quelques conseils de Greenpeace : regarder un film en basse définition, éviter d’envoyer des mails avec de grosses pièces jointes et penser à vider régulièrement sa corbeille, ses emails envoyés, etc. "Quant aux mails publicitaires que nous ne lisons jamais, n’hésitez pas à vous désinscrire de la liste de leurs destinataires !"

19 h. Four

Retour à l'appart'. Une odeur de gâteau au chocolat se dégage de la cuisine. Charles, mon coloc, admire son oeuvre à travers la porte du four. J'hésite à faire la rabat-joie, mais je me lance. "Tu peux couper le four avant la fin de la cuisson, tu grapilleras un peu d'énergie." Lui qui pensait me faire plaisir...

22 h. Appli conseil

Mon coloc' jubile : "Pas de vaisselle à faire ce soir ! C'est la bonne heure pour lancer le lave-vaisselle. C'est l'appli Eco2Mix qui le dit." Eco2Mix, kezako ? Fatigué de mes conseils infantilisants, il a téléchargé cette appli qui lui donne des astuces pour réduire sa consommation d'électricité. Une invitation donc à me taire et à aller dormir.

Dernier push de la journée : RTE annonce que, bien que les températures resteront négatives ce vendredi, "la France disposera des capacités suffisantes pour répondre à ses besoins en électricité."

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Ademe !

Je découvre toutes
ses actualités

Close