Médicaments trop chers : la campagne choc de Médecins du Monde

Par Médecins du Monde, le 13 juin 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

L’association Médecins du Monde tire la sonnette d’alarme. Les médicaments sont trop chers ! Pour dénoncer ces prix révoltants, l’association lance ce lundi 13 juin 2016 une campagne publicitaire choc. Son objectif est d’alerter sur les risques de cette situation pour notre système de santé.

« Bien placé, un cancer peut rapporter jusqu’à 120 000 euros ». Par ces mots, l’association Médecins du Monde (MdM) espère réveiller les consciences. Les prix des médicaments sont aujourd’hui bien trop élevés. Lundi 13 juin 2016, l’association a dévoilé une campagne publicitaire choc pour dénoncer cette situation dangereuse pour notre système de santé et donc pour les patients.

La prise de conscience a commencé avec la mise sur le marché du sofosbuvir, le premier des antiviraux à action directe efficace contre l’hépatite virale C.  Le traitement de 12 semaines est vendu 41 000 euros par patient. Le prix pourrait se justifier si la production du médicament était très couteuse. Cependant, Andrew Hill, un chercheur, dévoile qu’il ne coûterait que 100 euros à produire !

Autre « vache à lait » : les traitements contre le cancer. Le Glivec, un traitement contre la leucémie, coute 40 000 euros par an et par patient pour un coût de production estimé à… 200 euros. Le Keytruda, servant à traiter le mélanome, atteint des sommets avec un prix de 100 000 euros par an et par patient.

Habituellement, les autorités fixant les prix des médicaments s’alignent sur les exigences des laboratoires pharmaceutiques. Les prix sont fixés en fonction de la capacité des Etats à payer pour avoir accès au traitement. L’équation est simple : plus l’Etat est riche, plus le prix du médicament est élevé.

« Ces prix exorbitants ne pourront bientôt plus être pris en charge par la sécurité sociale. Demain, qui pourra payer de telles sommes pour se faire soigner ? La mainmise de l’industrie pharmaceutique sur le système de la brevetabilité doit cesser. Les autorités laissent les laboratoires dicter leurs prix et abandonnent leur mission, celle de protéger la santé des populations. Il est maintenant temps que Marisol Touraine (Ministre de la Santé) agisse en ce sens : ce n’est pas au marché de faire la loi, c’est à l’Etat », déclare Françoise Sivignon, Présidente de Médecins du Monde.

Cependant, certains médias rappellent que de nombreux médicaments existants font régulièrement l’objet de baisses de prix. « Chaque année, le Comité d’évaluation des prix de santé (CEPS), l’instance chargée de négocier les prix avec les laboratoires, « gratte » ainsi plusieurs centaines de millions d’euros sur le prix des médicaments remboursables. En 2014, ces baisses de prix ont représenté 800 millions d’euros », peut-on lire sur le site Internet de Challenges.

Créée par l’agence DDB Paris, la campagne se compose de douze visuels, avec comme leitmotiv la rentabilité des maladies. « Une leucémie c’est en moyenne 20 000 % de marge brute », « Le mélanome c’est quoi exactement ? C’est 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires »… Pour peser dans le débat et inciter la Ministre de la Santé à faire baisser les prix des médicaments, l’association invite le grand public à signer une pétition sur le site Internet : www.leprixdelavie.com.

Pour ne pas se fâcher avec les très puissants lobbys pharmaceutiques, les afficheurs ont tous refusé de diffuser la campagne. Vous ne pourrez donc pas la voir dans le métro ou sur les abribus. Pour faire face à cette forme de censure, Médecins du Monde a mis en place un dispositif de « guérilla marketing » avec de l’affichage sauvage, du web, du social média et une présence dans les grand quotidiens nationaux.

Rendez-vous sur le site Internet de l’association pour signer la pétition et soutenir son action !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Médecins du Monde !

Je découvre toutes
ses actualités

Close