Les Grands Voisins, une « cité rêvée » nichée au cœur de Paris

Par l'équipe Oneheart, le 02 avril 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

En 2015, l’association Aurore, oeuvrant pour l’insertion professionnelle de personnes en situation de précarité, est contactée par l’AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) pour héberger en urgence 600 personnes. D’abord, centre d’hébergement d’urgence, le site devient rapidement un lieu de vie : les Grands Voisins voient le jour. Deux ans plus tard, le projet touche à sa fin, contraignant des centaines de personnes à quitter les lieux. « Les Grands Voisins, la cité rêvée » de Bastien Simon, sorti le 1er avril, retrace les deux ans d'une expérience humaine et sociale hors du commun.


Un ancien hôpital réhabilité en lieu de vie et de partage


Pendant de nombreuses années, le site de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul dans le 14e arrondissement à Paris accueillait des orphelins avant d’abriter une grande maternité. Ainsi, depuis sa création, ce lieu a toujours été l'incarnation même de l’hospitalité. En 2015, il devient un site d’hébergement pour des personnes en grande précarité et accueille 600 personnes. Progressivement, le site, baptisé Les Grands Voisins, devient un véritable lieu de vie piloté par trois associations : Aurore, accompagnée de Yes We Camp en charge de l’animation et de la programmation et de Plateau Urbain qui remplit les espaces vacants avec des projets qui ont du sens. Très vite, des structures, des associations, des artistes s’installent sur le site pour y déployer leurs activités. Au fil des mois, on assiste à une réelle effervescence des Grands Voisins avec la mise en place de services de restauration, d'activités d’agriculture urbaine, de commerces locaux, d'une ressourcerie, ainsi que tout plein d’événements.


Un public « créatif et positif » mis à l’honneur


Dans son film « Les Grands Voisins, la cité rêvée », Bastien Simon tient à mettre en avant des personnes « créatives et positives », au « parcours de vie intéressant et politique ». En deux ans, sa route croise celle de nombreuses belles personnes dont Mael, un artiste sans papier, Adrien, luthier musicien mais aussi celle de Kamel, en charge de la sécurité sur le site. A travers son film, Bastien nous invite à visiter les Grands Voisins et (re)vivre cette expérience humaine et chaleureuse à travers les yeux de ses personnages. Du quotidien de Mael et d’Adrien, passant par les réunions de pilotage et conseils des voisins pour discuter de l’avancée du projet, les scènes de vie agrémentées par des concerts et représentations théâtrales, à la fermeture du site et le départ des ses résidents, le spectateur découvre les coulisses de ce lieu hors du commun situé au coeur de Paris.

 

Bien que le lieu ait fermé ses portes en décembre 2017, il aura inspiré de nombreuses autres initiatives, notamment Les Cinq Toits qui, en septembre 2018, ouvre ses portes au grand public dans une ancienne caserne de gendarmerie. Situés dans le 16e arrondissement de Paris et géré par l’association Aurore, les Cinq Toits abritent 350 personnes dont des réfugiés et demandeurs d’asile.


« Les Grands Voisins, la cité rêvée », disponible en ligne


Alors que les cinémas sont fermés compte tenu du contexte actuel et de la propagation du Covid-19, la sortie du film « Les Grands Voisins, la cité rêvée », prévue le 1er avril, a été quelque peu bouleversée. L’équipe de la Vingt-Cinquième Heure, à l'origine du film, a néanmoins tenu à maintenir la date de sortie et propose un format original : une plateforme de e-cinéma géolocalisé, autrement dit une salle de cinéma virtuelle. Ainsi, vous pouvez visionner le film depuis votre canapé dans la salle de cinéma la plus proche de chez vous ! Vous pouvez également échanger avec l’équipe du film en ligne, et il s'agit également d'un bon moyen de réduire son empreinte carbone.


Le principe de cette plateforme de diffusion géolocalisée est simple : des séances sont fixées à des horaires et lieux fixes. A vous de vous y rendre simplement en vous connectant sur la plateforme. Par exemple, si vous habitez Marseille, il suffit de sélectionner la séance prévue pour Marseille et d’acheter votre billet -au prix de 5euros- en renseignant votre adresse mail.

Pour l’instant, les séances sont prévues jusqu’au 14 avril mais sont amenées à évoluer en fonction de l'éventuelle participation d’autres cinémas.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close