Les femmes, premières victimes des changements climatiques

Par Evenements COP21, le 25 novembre 2015

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le 25 novembre, c’est la Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. A quelques jours du début de la COP21, il est important de rappeler que les femmes sont actuellement les plus touchées par les changements climatiques.

Les femmes des pays du Sud sont particulièrement vulnérables aux conséquences des catastrophes naturelles, les normes culturelles et sociales étant fortement inéquitables.

Lorsque des inondations surviennent, les femmes affrontent des risques supplémentaires liés aux inégalités entre les sexes. On les  dissuade très souvent d’apprendre comment monter aux arbres ou encore nager, compétences nécessaires à la survie dans de telles circonstances.  

Très fréquemment, elles n’ont pas l’autorisation de quitter leur foyer sans l’autorisation de leur mari, lors d’évènements climatiques dangereux cette interdiction entraine de très nombreuses victimes.

Durant les sécheresses ou les inondations, elles se retrouvent plus vulnérables face aux réseaux criminels organisés, car les communautés sont éparpillées. INTERPOL et les ONG mettent l’accent sur ce point. Les femmes et les jeunes filles sont souvent victimes d’intimidation, de violence sexiste, de harcèlement sexuel et de viol. Elles courent alors  un danger encore plus grave : la traite organisée d’êtres humains.

La traite organisée de femmes est en train de devenir un risque grave associé aux problèmes environnementaux. Les catastrophes climatiques isolent et séparent les femmes et les enfants faisant de ces derniers des orphelins. Ils sont alors en proie aux différentes organisations criminelles gérant le commerce d’êtres vivants. Les mères responsables d’un foyer cherchent une aide et une protection dans des environnements particulièrement dangereux, elles deviennent alors des victimes potentielles de l’exploitation et de la traite d’êtres humains.

Parallèlement, le rôle des femmes dans le monde est fondamental dans la lutte contre les changements climatiques, de par leurs connaissances, leurs multiples responsabilités et leurs rôles dans les secteurs agricoles (les pâturages, la biodiversité ou les forêts). D’après les estimations, les femmes représentent 43 % de la main-d’œuvre agricole mondiale. En Asie et en Afrique, cette proportion est supérieure et dépasse souvent 50 %.

L’avenir et l’implication de ces femmes dans le combat contre le réchauffement climatique représente donc un enjeu primordial de ces prochaines années.

Go COP21 !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Evenements COP21 !

Je découvre toutes
ses actualités

Close