Les bonnes intentions, une comédie sur une humanitaire surinvestie

Par l'équipe Oneheart, le 15 novembre 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Isabelle, jouée par Agnès Jaoui, 50 ans, deux enfants, mariée à un ex-réfugié bosniaque, vit à Paris. Elle est bénévole dans de multiples associations caritatives, surinvestie, addict à l’humanitaire. Issue d’une famille bourgeoise, mal aimée par sa mère qui a toujours préféré son jeune frère entrepreneur, Isabelle revendique son engagement et l’impose souvent maladroitement à son entourage.


Mise en concurrence dans le centre social où elle travaille, Isabelle va embarquer les élèves de son cours d’alphabétisation sur le hasardeux chemin du code de la route avec l’aide d’un moniteur passablement foireux. Lâchée par le directeur du centre social qui ne supporte plus cet élément incontrôlable, elle va monter la première auto-école sociale. Mais sa famille commence à se lasser. Son mari Ajdin et leurs deux adolescents lui réclament l’affection et l’attention qu’elle distribue continuellement à l’extérieur. 

Gilles Legrand, réalisateur des films « Tu seras un fils » et « L’odeur de la mandarine » a voulu illustrer avec humour l’engagement social ou humanitaire, dans lequel évoluent souvent des gens pleins de bonne volonté, mais avec peu ou pas de formation, souvent peu de moyens et chargés de solutionner les pires problèmes de nos sociétés.  

 

 

Pour être honnête, nous n’avons pas vu le film, il sort le 21 novembre, mais le scénario et le casting nous séduisent beaucoup ! Si le personnage d’Agnès Jaoui vous inspire un engagement auprès de réfugiés, voici quelques associations qui oeuvrent dans ce sens :

 

-Devenir famille d’accueil pour une durée d’un mois

Afin d’aider les jeunes mineurs réfugiés à trouver un hébergement le temps des procédures juridiques, Médecins Sans Frontière a mis en place un réseau d’hébergeurs solidaires en Occitanie

 

-Donner des cours de Français

L'Ecole Thot, l’Association InFLÉchir créée par des étudiants de Paris IV ou encore l'association 1011 sont toutes des structures qui proposent des cours de français aux réfugiés et demandeurs d’asile.


-Autres types d’accueil et d’aides aux réfugiés

L’association Aurore

UNHCR

Cuistots Migrateurs (services traiteurs travaillant avec des réfugiés)

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à construire le meilleur des mondes (le vrai)

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close