Les autres sont une richesse

Par Food Sweet Food, le 13 juin 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

A quelques jours de la Journée Mondiale des réfugiés, One Heart vous fait (re)découvrir des initiatives œuvrant à l’intégration de ces populations fuyant la misère, la guerre ou l’oppression.

Le Refugee Food Festival

Du 17 au 21 juin, à l'occasion du Refugee Food Festival, de nombreux restaurants parisiens ouvriront les portes de leurs cuisines à des chefs cuisiniers issus de populations réfugiées.

L’objectif est de faire découvrir aux parisiens des traditions culinaires venues du monde entier (Syrie, Côte d’Ivoire, Iran, Sri Lanka…), mais pas seulement. L’idée est aussi de provoquer des rencontres pour faire connaitre ces hommes et ces femmes bourrés de talents et de connaissances, montrer que la différence est une richesse. « Ce brassage culturel est une opportunité pour la scène culinaire parisienne », peut-on lire sur le site Internet du festival.

A l’origine de cette initiative originale, on retrouve Marine et Louis, les fondateurs du projet Food Sweet Food ayant pour but la valorisation des savoir-faire et des traditions culinaires des régions du monde. Pour l’occasion, ils ont été accompagnés par l’Agence des Nations Unies pour les Réfugiés, les Cuistots Migrateurs et MakeSense.

Vous retrouverez tous les restaurants participant au festival sur notre application One Heart Spots. On adore !

Thot : l’école pour les réfugiés

La première école pour les réfugiés vient d’ouvrir à Paris. Elle s’appelle Thot, comme le dieu égyptien du savoir, et permet aux demandeurs d’asile et aux réfugiés de décrocher, après 16 semaines de cours, le Diplôme d’études en Langue Française (DELF). Une formation reconnue par l’Etat.

Héloïse Nio, Judith Aquien et Jennifer Leblond, les trois fondatrices de l’école, ont bien compris que savoir parler français, c’est la clé de l’intégration des migrants dans la vie sociale et économique. Pour ne pas réserver cette intégration aux privilégiés pouvant s’offrir des formations de qualité, il était nécessaire de créer une école de ce genre.

Après une campagne de crowdfunding menée avec succès sur Ulule, l’école affiche déjà complet pour les sessions de juin et d’octobre. Une véritable réussite. Afin de poursuivre l’aventure, Thot a besoin de votre soutien. Rendez-vous sur le site de l’association pour les soutenir !

SINGA, un réseau pour les réfugiés

SINGA souhaite connecter des réfugiés à ceux qui ont les mêmes compétences et centres d’intérêt qu’eux : un journaliste avec un journaliste, un passionné de football avec un footballeur etc. L’objectif est de créer une relation d’entraide.

Chez SINGA, pas de bénévoles ou de bénéficiaires, c’est un réseau de mise en relation. La communauté étant composée de toutes sortes de talents, les possibilités sont infinies.

L’ambition du réseau est de démystifier certains termes ou expressions. « C’est regrettable, explique Alice Barbe, directrice de l’association, mais dans la tête des gens « réfugié » ne rime pas avec entrepreneur, richesse ou ami. Malheureusement, le déclassement professionnel frappe énormément ces personnes. La première question à leur poser ne doit pas porter sur leur passé mais sur ce qu’ils veulent faire de leur avenir. Nous devons changer de perception ».

Il y a quelques jours à la REcyclerie, SINGA organisait le lancement de Trait d’Union, un média collaboratif pour déconstruire les idées reçues sur les réfugiés. L’idée est, encore une fois, de montrer la richesse que représentent ces personnes aux professions et traditions différentes. L’équipe de rédaction est composée de membres de l’association et de réfugiés. « Il faut faire évoluer les consciences et on ne peut pas compter sur les médias traditionnels », conclut Alice Barbe.

Pour en apprendre davantage, vous retrouverez toutes ces belles initiatives sur One Heart !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Food Sweet Food !

Je découvre toutes
ses actualités

Close