Le revenu universel : les premières pierres d'une révolution sociale

Par Mouvement Français pour un Revenu de Base, le 05 février 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le 4 février 2016, nous étions salle Gaveau pour assister à un débat autour du revenu universel, en présence de nombreux économistes, philosophes et hommes politiques.

Le revenu universel, la révolution sociale de demain ? C’est en ces termes, que le 4 février 2016, Gaspard Koenig, fondateur du think-tank GenerationLibre et organisateur de la soirée, proposait d’ouvrir le débat.

Beaucoup de monde se pressait à la salle Gaveau, lieu de la manifestation. Le moins que l’on puisse dire est que le sujet, autrefois marginal, intéresse désormais de nombreux Français. A l’heure où la Finlande met en place un revenu universel, le monde entier se questionne sur cette bizarrerie intellectuelle, devenue depuis peu, une possible alternative, sociale et économique, aux crises que nous subissons depuis des dizaines d’années.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le revenu universel ou revenu de base, petite session de rattrapage.

Une tentative de définition

Le Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB) propose la définition suivante : « le revenu de base est un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement.»

Les points importants :

  • C’est un droit universel : il n’est pas associé à une situation de pauvreté, donc il n’est pas stigmatisant.
  • Il est versé de façon inconditionnel : les bénéficiaires n’ont pas à démontrer qu’ils effectuent des recherches d’emploi.
  • C’est un droit individuel.
  • Comme le Revenu de solidarité active (RSA), il peut être versé suivant un critère de résidence : il faut justifier de 5 ans de résidence légale pour le toucher. Les Français expatriés ne le toucheraient pas.

Le MFRB est précurseur dans le domaine. Mais le revenu de base interroge également des politiques de tous bords.

Un sujet universel

La proposition intéresse en haut lieu. Un rapport du Conseil National du Numérique, remis le 6 janvier 2016 à la Ministre du Travail, met sur la table la question du revenu de base. Le 9 mars 2016, c’est au Sénat qu’on débattra de la question.

En réponse à la crise structurelle que nous traversons, le revenu universel s’impose comme une alternative adoptée par un bon nombre de personnalités politiques. Comme le rappelait  Fréderic Lefebvre, un rapport du Massachusetts Institute of Technology (MIT), annonce que 50 % des emplois peuvent être automatisés. La moitié du travail mondial peut être fait par des machines. Cette constatation entraine de nombreuses interrogations. Pourquoi ne pas en finir avec la « valeur travail » ? Pourquoi ne pas offrir aux hommes une véritable liberté ? Changer le « que veux-tu faire dans la vie ? » en « que veux tu faire de ta vie ? ».

Diana Filippova, membre de la communauté OuiShare, explique que notre modèle sociétal basé sur le travail et la consommation est déjà mort, achevé par la révolution numérique.

Nous vivons dans un système qui ne pourrait plus répondre aux problématiques de notre société. Il y aurait urgence à repenser notre système économique. Elle propose donc d’inventer un nouveau modèle sociétal entremêlant le social et l’économique. Le revenu universel deviendrait ainsi la base de la révolution sociale de demain.

Un débat d’avenir

Le revenu de base n’a pas fini de faire débat. Il compte des opposants, comme Alain Madelin, ancien ministre, présent Salle Gaveau. Pour lui, l’idée n’est autre qu’une incitation à l’assistanat. Il s’interroge également sur son financement : « le revenu universel sera-t-il de subsistance ou d’existence ? ».

D’un autre coté, les plus grands défenseurs de la question, ne sont eux mêmes pas certains des modalités applicables à sa mise en place. Le montant du revenu est particulièrement discuté. Cependant, il est surprenant, voire même exceptionnelle, de voir un sujet politique si révolutionnaire trouver des partisans aussi bien à droite, qu’à gauche.

Nous n’avons pas fini d’en entendre parler !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à construire le meilleur des mondes (le vrai)

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Mouvement Français pour un Revenu de Base !

Je découvre toutes
ses actualités

Close