Le Groenland met un terme à la recherche de pétrole sur son territoire

Par l'équipe Oneheart, le 27 juillet 2021
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Convoité pendant plusieurs années par les compagnies pétrolières, le Groenland fait aujourd’hui le choix d’interdire l’exploration pétrolière sur son territoire. Cette décision annoncée le 16 juillet par le parti de gauche écologiste au pouvoir, marque un tournant dans l’histoire du territoire danois et la lutte contre le réchauffement climatique.


Le Groenland, terre promise pour les compagnies pétrolières

 

En 2008, l’Institut de géophysique américain (USGC) révèle dans une étude, que plus d’un cinquième des réserves mondiales de pétrole et de gaz se situerait au nord du cercle polaire arctique, ce qui représenterait environ 51 milliards de barils de pétrole. Pour le Groenland, -territoire autonome du Danemark composé de 56 000 habitants-, qui vit essentiellement de la pêche et dépend des subventions danoises, le pétrole lui permettrait d’atteindre une indépendance économique. Dès lors, s’ensuit une ruée vers l’or noir, attirant de nombreux géants pétroliers comme l’anglo-néerlandais Shell et l’écossais Cairn Energy. Inquiète de la situation, l’ONG de protection environnementale Greenpeace dénonçait déjà à l'époque "une course suicidaire aux hydrocarbures". 


Une loi environnementale décisive pour le territoire arctique

 

En interdisant toute exploration pétrolière sur son territoire -sur terre comme sur mer-, le parti de gauche écologiste (au pouvoir depuis avril 2021) place la protection de l’environnement et l’urgence climatique au centre de ses préoccupations. « C’est une étape logique car le gouvernement prend la crise climatique au sérieux. [...] La décision a également été prise dans l’intérêt de notre nature, dans l’intérêt de notre pêche et pour concentrer notre économie sur les potentiels réels » a annoncé Naaja Nathanielsen, ministre en charge des ressources naturelles, dans un communiqué.


De plus, après de multiples explorations et opérations sur son territoire, les résultats se sont avérés infructueux et peu rentables, expliquant en partie cette décision historique prise le 16 juillet dernier. « La rentabilité est faible avec des rendements en réalité 2 fois inférieurs à ce qu’attendent les compagnies pétrolières » a déclaré l’exécutif au micro de l’AFP.


L'impact néfaste du forage d'exploration sur l’environnement et les écosystèmes

 

Dans son livre intitulé Le changement climatique expliqué à ma fille paru aux éditions du Seuil en 2009, l’ingénieur et expert des enjeux énergie-climat, Jean-Marc Jancovici, explique que les ressources de pétrole ne sont malheureusement pas infinies et sont au contraire amenées à s'épuiser : « Quand une compagnie pétrolière trouve du pétrole, elle trouve un réservoir qui était déjà là bien avant l’apparition de notre espèce. Trouver de nouveaux réservoirs ne se produira donc pas indéfiniment et, du reste, les pétroliers expliquent qu’ils ont tout découvert. Les découvertes annuelles sont aujourd’hui six fois plus faibles que dans les années 1960 ».

 

À cela, s’ajoutent les impacts considérables de l’exploration pétrolière sur l’environnement et les écosystèmes. En effet, pour détecter le pétrole présent sous la mer et savoir où creuser, des ondes sonores sont envoyées, affectant l’habitat des animaux marins notamment celui des baleines. Depuis plusieurs années, Greenpeace alerte sur les conséquences dramatiques de cette pratique qui « consiste à utiliser des canons à air comprimé, des canons à eau ou des vibrateurs acoustiques pour produire des ondes d’explosion afin de visualiser les structures géologiques en profondeur ».


Suite à l'annonce du Groenland, Greenpeace n’a pas manqué d’exprimer sa joie sur les réseaux sociaux comme en témoigne le tweet ci-dessous : « BAM. Face à l’urgence climatique et les préoccupations environnementales, le Groenland interdit toute nouvelle exploration pétrolière. Plus de temps à perdre. À qui le tour ? » peut-on lire.

 

greenpeace-groenland-twitterCapture d'écran de la publication Twitter de Greenpeace suite à l'annonce du Groenland d'interdire l'exploration pétrolière sur son territoire. ©Greenpeace

 

 

Par Mélanie Appadoo

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close