La trêve hivernale se termine aujourd'hui : les expulsions locatives recommencent...

Par l'équipe Oneheart, le 31 mars 2015 (modifié le 12 mars 2019)

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Plusieurs manifestations ont eu lieu ce week-end dans toute la France pour dénoncer la fin de la trêve hivernale prévue à ce jour.

Alors que près des 8 000 places d'hébergement d'urgence vont fermer ce mercredi 1er avril et que des milliers de personnes sans abris vont se retrouver à la rue, des locataires vont également souffrir des expulsions locatives. Selon Jean-Baptiste Eyraud de l'association Droit au Logement (DAL), les classes populaires "souffrent de la cherté des loyers" et subissent les expulsions sans logement, l'arrêt des coupures d'eau, de gaz. Il réclame donc l'application de la loi Dalo qui donne le droit au logement opposable et demande la réalisation massive de logements sociaux. En France, le nombre de jugements d'expulsion est passé de 75 000 en 1998 à 126 000 en 2013. En 2013, c'est près de 140 000 sans domiciles fixes qui ont été recensés contre 90 000 en 2001. Et les chiffres augmentent chaque année.

Même si la Ministre du Logement a déclaré la mise en place de 2 000 places supplémentaires pérennes en hébergements d'urgence, les efforts ne sont pas suffisants selon les associations. Les manifestations avaient pour but de réclamer une baisse des loyers, une suspension des expulsions, l'application de la loi Dalo, la construction de logements sociaux. L'enjeu est très important puisque, en France, on comptabiliserait près de 3,2 millions de mal logés...

Des associations agissent pour répondre le plus possible aux besoins des sans-abris comme Les petits frères des pauvres, la fondation Abbé PierreEmmaüs, ou encore l'Armée du Salut

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close