La pêche à l’aimant, ce sport insolite et écolo

Par l'équipe Oneheart, le 19 août 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Les multiples enjeux écologiques actuels poussent de plus en plus les citoyens à agir à leur échelle. La pêche à l’aimant, pratique existant depuis près de 40 ans, fait partie de ces initiatives qui visent à dépolluer nos cours d’eaux des nombreux objets qui s’accumulent.

Au cours de votre balade dominicale, il se peut que vous croisiez le chemin de pêcheurs un peu particuliers. A l’aide d’un aimant double face rattaché à une solide corde, ce ne sont pas des poissons qui sont au bout de la ligne mais bien des couverts, des clés, des vélos ou encore des armes à feu. Passé le temps de la découverte, cette manière de pécher permet surtout de dépolluer les cours d’eau.

Une activité qui lutte contre l’accumulation des déchets

« Jamais, je n’aurais imaginé trouver autant de choses. Il y avait des mobylettes, des vélos, des tambours de machine à laver » s’exclame Maxime auprès du journal La République du Centre. Ce jeune Orléanais de 33 ans s’est mis en tête de nettoyer certains cours d’eau des ordures polluantes. Sur le mois de février, il a retiré près de 680 kg de déchets.

A l’instar de Maxime, le youtubeur ChrisDetek est également un passionné de la pêche à l’aimant et a déjà remonté un obus. Non loin de Notre Dame de Paris sur les quais de Seine, il a remonté toutes sortes d'objets sous les regards de nombreux curieux. Pour l’instant aucune législation n’encadre cette pratique, seulement quelques précautions sont à prévoir comme le port de gants pour se protéger de la rouille.

 

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close