La France ralentit la lutte contre le sida

Par AIDES, le 27 juin 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

A l’occasion du festival des Solidays, mêlant concert et lutte contre le virus du sida, François Hollande a annoncé que la France maintiendrait, à l’identique, sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Derrière l’apparente bonne nouvelle, de nombreuses associations dénoncent un recul important.

Les Solidays, c’est le plus gros festival francilien. Durant trois jours, des jeunes venus de Paris et d’ailleurs se déhanchent sur les pelouses de l’hippodrome de Longchamp au son des guitares, des saxophones et autres boites à rythmes. L’événement est aussi l’occasion de récolter de l’argent pour soutenir la lutte contre le sida, tout en sensibilisant le grand public à la question, une mission primordiale lorsque l’on sait qu’un séropositif sur quatre ignore qu’il est porteur du virus

La France ne donnera pas plus

Le 26 juin 2016, à l’occasion du festival, François Hollande a annoncé le maintien, à l’identique, de la contribution française au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. La nouvelle pourrait être réjouissante si l’ONU n’avait pas prévenu qu’une stagnation des financements internationaux provoquerait un accroissement de l’épidémie de VIH.

La contribution de la France à ce fonds s’élèvera à 1,08 milliard d’euros entre 2017 et 2019, soit environ 360 millions d’euros par an, a annoncé le Président de la République. Cet effort « témoigne de l’engagement sans faille de la France dans le combat contre les grandes pandémies et pour le renforcement des systèmes de santé, notamment dans les pays d’Afrique », se félicite l’Elysée avant de préciser que la France est le « deuxième donateur du Fonds mondial ». François Hollande appelle désormais à la « mobilisation générale de la communauté internationale, afin que la conférence de reconstitution du Fonds mondial pour les trois prochaines années (…) soit un succès et permette de sauver des millions de vies ».

Une bonne nouvelle ?

Des associations comme Coalition PLUS, AIDES et Act Up-Paris « déplorent que François Hollande ait fait le choix mortifère de l’inaction durant tout son mandat présidentiel ». Elles estiment que « la décision de François Hollande de maintenir la contribution française est d’autant plus incompréhensible que les spectaculaires progrès réalisés depuis 15 ans contre le VIH permettent d’envisager la fin de l’épidémie d’ici à 2030 ».

Pour que cet objectif soit tenu, l’ONU considère qu’il faudrait mettre sur la table six à sept milliards de dollars supplémentaires par an, soit 0,01 % du PIB mondial. « Le Fonds mondial finance la moitié des traitements antirétroviraux dans le monde. C’est aussi l’une des seules institutions internationales qui financent des programmes d’accès aux droits et à la santé pour les populations clés, y compris dans les contextes où elles sont criminalisées. Investir dans le Fonds mondial est le meilleur moyen de lutter contre l’épidémie », a déclaré Hakima Himmich, présidente de Coalition PLUS.

« Investir dans le Fonds mondial est un choix stratégique qui à terme sera payant. Le Premier Ministre canadien l’a bien compris. Justin Trudeau s’est engagé à augmenter de 20% la contribution de son pays. Le Luxembourg, les Etats-Unis et le Japon ont aussi fait le choix d’intensifier leurs efforts. La France est-elle sur le point de baisser les bras au moment même où la victoire contre le sida est à portée de main ? », s’interroge Aurélien Beaucamp, président de AIDES et administrateur de Coalition PLUS. Ce dernier pousse un cri du cœur : « Monsieur Hollande, poursuivez les efforts, faites de la France le pays constructeur d’un monde sans sida ! ».

Mikaël Zenouda, président d’Act Up-Paris, va encore plus loin : « Le Président ne peut pas refuser la moindre augmentation au Fonds mondial durant tout son mandat. Il porterait alors la responsabilité directe de la mort de centaines de milliers de malades auxquels il avait pourtant promis secours à plusieurs occasions ».

Le 16 septembre 2016, l’ensemble des Etats donateurs se réuniront à Montréal (Canada) pour la Conférence de reconstitution du Fonds mondial. Il faut espérer que les associations auront réussi à faire changer d’avis la présidence de la République.

Pour rappel, 25 ans après la découverte du virus, plus de 35 millions de personnes dans le monde sont séropositives. Mobilisons-nous pour qu’enfin nous puissions vivre dans un monde sans sida !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir AIDES !

Je découvre toutes
ses actualités

Close